Paris 2024 : les salaires sont fixés

Paris 2024 se met en ordre de marche. Le premier Conseil d’administration du Comité d’organisation des Jeux olympiques (COJO) s’est tenu vendredi 2 mars au Bourget, à quelques centaines de mètres de futurs sites de l’événement, notamment les lieux où se dérouleront les compétitions de badminton, volley-ball, tir et le centre des médias. «Tenir cette première réunion en Seine Saint-Denis fait sens, a déclaré Tony Estanguet, président du COJO. Il est important que les prochaines réunions se tiennent sur les sites de olympiques».

Plus concrètement, les 40 membres du Conseil d’administration, qui ont eu droit en guise d’introduction à un petit discours vidéo du biathlète Martin Fourcade, représentant des athlètes (mais absent au Bourget), a déjà fixé le budget du COJO. En 2018, l’association bénéficiera de 46 millions d’euros, sur les 3,8 milliards du total. Pour cela, le Comité d’organisation a contracté trois emprunts d’un total de 97 millions pour financer les deux premières années. L’argent du Comité international olympique arrivera plus tard, et celui des sponsors aussi. Le programme marketing débutera officiellement au 1er janvier 2019.

Les rémunérations dévoilées

Le Conseil d’administration a également voté la grille des salaires du COJO. Elle suit les recommandations du Comité des rémunérations qui comprend huit membres bénévoles avec à sa tête Jean-Paul Bailly, ancien président de La Poste. Justement, les salaires des dirigeants du ont été dévoilés : 270.000 euros bruts annuels pour Tony Estanguet, 260.000 euros pour le directeur général, Etienne Thobois. L’agence Olbia Conseil s’est amusé au jeu de la comparaison : c’est pratiquement trois moins que le salaire du DG des Jeux de Londres 2012… et treize fois moins que la « moyenne des rémunérations des dirigeants des 120 plus grandes entreprises françaises« .

Les salaires publiés des deux principaux dirigeants de Paris 2024 (qui pourront évoluer après 2020), sont aussi très inférieurs à ceux publiés par le Canard Enchaîné dans son édition du 11 octobre 2017 qui avait annoncé 452 000 euros annuels pour Tony Estanguet et 383 000 euros pour son directeur général.

Un prime pour garder les cadres jusqu’aux Jeux.

Une rémunération variable, représentant au maximum 20% du salaire annuel, pourra en outre être versée à tous les dirigeants du COJO sur la base de «critères de performance quantitatifs et qualitatifs». Le recrutement des principaux dirigeants du comité est en cours, notamment pour les ressources humaines, le marketing et le commercial. Certains noms être connus «fin mars, début avril», espère Tony Estanguet. Une prime sera également octroyée à tous les collaborateurs s’ils restent en poste… jusqu’aux Jeux de 2024.

Enfin, le président du COJO a aussi annoncé que des représentants du «monde économique, de la société civile, et des organisations non-gouvernementales» intégreront plus tard le Conseil d’administration avec une voix consultative. «Cette présence est importante pour nous, car le Comité d’organisation est entièrement financé par les fonds privés», a insisté Tony Estanguet.  


Composition du conseil d’administration du COJO Paris 2024

Membres de droit avec voix délibératoire

  • Président : Tony Estanguet
  • Président d’honneur : Bernard Lapasset
  • Membres du CIO : Guy Drut, Jean-Christophe Roland (FISA)
  • Membres du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) : Denis Masseglia (président), Jean-Michel Brun (secrétaire général).
  • Représentant des fédérations olympiques : Joël Delplanque (FF Handball).
  • Commission des athlètes de haut-niveau : Fabien Gilot, Glawdis Epangue.
  • Représentant des Comités Régionaux Olympique et Sportif (CROS) : Evelyne Ciriegi (présidente du Crosif).
  • Comité paralympique et sportif français (CPSF) : Emmanuelle Assmann (Présidente).
  • Représentant des fédérations paralympiques : Guislaine Westelynck.
  • Représentante des athlètes paralympiques : Marie-Amélie Le Fur.
  • Membre du CPSF : Tanguy De la Forest (Secrétaire général).
  • Association française des olympiens : Valérie Barloix-Leroux (Présidente)
  • Sportifs désignés par le COJO : Sarah Ourahmoune, Marie-José Pérec, Nantenin Keïta, Guy Forget, Martin Fourcade.
  • Ville de Paris : Anne Hidalgo (Maire), Bruno Julliard (1er adjoint), Jean-François Martins (adjoint chargé des sports).
  • Région Île-de-France : Valérie Pécresse (Présidente), Vincent Roger (Délégué au JO), Arnaud Richard (Conseiller).
  • Etat : Laura Flessel (Ministre des sports), Sophie Clusel (Secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées), Gérald Darmanin (Ministre de l’action et des comptes publics).
  • Conseil départemental de Seine Saint-Denis : Stéphane Troussel (Président), Mathieu Hanotin (Conseiller chargé du sport et des grands événements).
  • Métropole Grand Paris : Patrick Ollier (Président), Laurent Rivoire (vice-président).
  • Représentant des Collectivités des autres sites : DominiqueTian (1er adjoint au Maire de Marseille).

Membres de droit avec voix consultative :

  • Etat : Jean Castex (délégué interministériel aux JO Paris 2024)
  • Solidéo : Nicoals Ferrand (Directeur général).

Membres associés avec voix consultative :

  • Plaine Commune : Patrick Braouzec (Président).
  • Paris Terres d’Envol : Vincent Capo-Canellas (Sénateur de Seine Saint-Denis)

Personnalités qualifiées avec voix consultative :

  • Organisations représentatives des salariés : Bernard Thibault
  • Organisations représentatives des employeurs : Geoffroy Roux de Bezieux (vice-président MEDEF)
  • Représentants de la société civile, du monde économique, des ONG : à désigner.