A Chamonix, l’UTMB plus fort que le ski

Arrivée de l'UTMB 2017

La meilleure semaine de l’année… saison hivernale comprise. Les hôteliers de Chamonix et de la région aiment l’Ultra Trail du Mont-Blanc, dont la 15e édition vient de se terminer dimanche 3 septembre. L’épreuve de renommée internationale, 171 kilomètres sur les sentiers autour du Mont-Blanc, leur permet de boucler la saison estivale en beauté, et même de faire mieux que durant les mois d’hiver, alors que la réputation de la région s’est construite sur les loisirs sportifs alpins, le ski et l’alpinisme.

«L’impact économique de la course est très fort», affirme Marie-Noëlle Fleury, vice-présidente de la Communauté de communes de la Vallée de Chamonix, en charge des sports. «Pour la course, nous enregistrons 75.000 nuitées, poursuit-elle. Les 8.000 coureurs, accompagnés de 17.000 suiveurs, dépensent en moyenne 1.000 euros». Les retombées directes sont donc facilement estimables : 8 millions d’euros ! «Et 30% des coureurs déclarent vouloir revenir ici à une autre saison», se réjouit-elle.

Au même titre que les sports d’hiver, le trail est clairement devenu un troisième pilier pour la région de Chamonix, qui accueille chaque année 2,5 millions de touristes. «Pour le public, l’alpinisme ou le ski sont clairement rattachés à Chamonix, explique Marie-Noëlle Fleury. Le trail vient un peu tout bousculer et attire un nouveau public. Il a fallu s’organiser».

Le nouveau public du trail

La vallée a ainsi tracé des parcours, dix-huit au total, qu’il convient maintenant d’entretenir. Elle doit aussi veiller à certains débordements de cette nouvelle pratique. Cet été, deux personnes ont trouvé la mort en tentant de gravir le Mont-Blanc en tenue de trail. Un exploit que le champion espagnol, Kilian Jornet, star de la discipline, avait accompli quelques jours plus tôt. Pas forcément une bonne publicité.

«Ces accidents dramatiques sont exceptionnels, assure Marie-Noëlle Fleury. Je ne crois pas à la ruée de traileurs sur le Mont-Blanc. Les gendarmes de haute-montagne sont vigilants, mais, nous n’avons pas les moyens d’interdire quiconque de tenter de copier la performance d’un champion». L’élue préfère développer la pratique sportive outdoor organisée, comme le Marathon du Mont-Blanc, un 80 kilomètres qui attire 8.000 coureurs au printemps, ou le nouveau triathlon, l’Evergreen Endurance, dont la première édition se dispute les 9 et 10 septembre, un Ironman aux distances exceptionnelles : 4 kilomètres en natation, 181 à vélo et 43 à pied ! Chamonix n’aime que les ultra-sportifs.