Agence du sport : le monde éco promet d’être actif

Institutions

Le Stade de France, à Saint-Denis, a vécu de grandes heures du sport français. L’enceinte, qui recevra les épreuves d’athlétisme des Jeux de Paris 2024, a également assisté à la naissance de l’Agence Nationale du Sport. Mercredi 24 avril, elle a accueilli la première Assemblée Générale et le premier Conseil d’Administration de la nouvelle instance chargée de gérer le sport français, le développement de la pratique ainsi que le haut niveau.

Les premières décisions ont concerné notamment le budget : environ 350 millions d’euros, rapporte le ministère des Sports auquel est rattaché l’Agence. Concrètement, 93,4 millions d’euros seront consacrés à la haute performance, 197,1 millions au développement des pratiques sportives, et 7,7 millions pour le fonctionnement de la structure. Jean Castex, délégué Interministériel aux Jeux olympiques et paralympiques, a officiellement été désigné président. Frédéric Sanaur a été nommé directeur général et Claude Onesta, manager général de la haute-performance.

Parallèlement, ont été désignés les représentants au Conseil d’Administration de l’Agence, un Groupement d’Intérêt Public dont les statuts ont été publiés le 21 avril au Journal officiel. Trois collèges détiennent chacun 30% des voix et 6 représentants : l’Etat, le mouvement sportif, dont le Comité national olympique et sportif français, et les collectivités territoriales. Le quatrième collège, celui des acteurs économiques et sociaux, détient 10% des droits de vote et aura deux représentants.

Tous les acteurs économiques représentés

Sans surprise, et comme annoncé précédemment dans SportBusiness.Club, les deux sièges réservés aux acteurs économiques au Conseil d’Administration ont été attribués au Medef, avec Dominique Carlac’h, vice-présidente du syndicat patronal, et l’Union Sport & Cycle, avec son délégué général, Virgile Caillet. «La grande nouveauté c’est que les acteurs du monde économique siègent aux côtés de l’Etat, des collectivités territoriales et du mouvement sportif pour guider les réflexions autour de la politique publique en matière de sport et les défis de la haute performance, a réagi l’intéressé. C’est inédit. Nous sommes flattés de cette reconnaissance même si cela nous semblait quelque part évident car les acteurs économiques se sont emparés du sport depuis de nombreuses années à différents niveaux. Cela est donc légitime que ces acteurs participent à la réflexion de ce que pourra être la pratique sportive en France dans les années à venir.»

Le délégué général de l’Union Sport & Cycle souligne aussi la qualité de la représentation au sein du collège des acteurs économiques. «Cela traduit la hauteur de vue et l’ambition que veut se donner l’Agence, a-t-il affirmé. On y retrouve, à la fois, les trois organisations patronales interprofessionnelles, c’est-à-dire l’ensemble de toutes les entreprises françaises, et les deux principales organisations sectorielles, les syndicats professionnels rassemblant l’ensemble des entreprises qui au quotidien œuvrent et investissent dans le sport et sont en proximité avec tous les autres acteurs.»

Pas là pour faire joli sur la photo

Si les industriels de l’économie du sport se retrouvent au sein de l’Agence, qu’en est-il des sponsors ? Pas de soucis, ils y sont aussi, a insisté Céline Micouin représentante du Medef. «Les sponsors sont évidemment associés dans la mesure où nous représentons toutes les entreprises, grandes ou petites, a-t-elle indiqué. C’est justement pour ne pas avoir seulement cette porte d’entrée sur le financement du sport par le biais du sponsor ou du mécénat que l’on a décidé d’associer l’ensemble des acteurs du monde économique pour dépasser cette simple question. L’objectif est que toutes les entreprises considèrent le sport comme un enjeu, de compétitivité, de performance, d’innovation, à l’international, de management, et pas seulement d’image.»

Pour Virgile Caillet, l’Agence Nationale du Sport va justement permettre d’envisager de nouveaux modèles pour le financement du sport par les entreprises et le rôle des acteurs économiques ne sera pas anecdotique : «Nous allons apporter des idées ou un angle de vue différent de part notre pragmatisme, a-t-il assuré. La présence des acteurs économiques, ce n’est pas pour faire joli sur la photo : c’est belle et bien parce que l’on veut participer à cette oeuvre collective

© SportBusiness.Club. Avril 2019

Virgile Caillet (L’Union Sport et Cycle), Céline Micouin (Medef)

Les membres fondateurs de l’Agence Nationale du Sport

  • L’Etat
  • Le Comité national olympique et sportif français
  • Le Comité paralympique et sportif français
  • L’Association régions de France
  • L’Assemblée des départements de France
  • France urbaine
  • L’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité
  • Le Mouvement des entreprises de France
  • La Confédération des petites et moyennes entreprises
  • L’Union des entreprises de proximité
  • L’Union Sport et cycle
  • Le Conseil social du mouvement sportif