Allianz branche son sponsoring sur l’électrique

Rien de ce qui roule à l’électrique, surtout vite, n’échappe à Allianz. Le groupe d’assurance a ajouté un “e” à sa stratégie de sponsoring sportif. Finie la Formule 1 : bonjour la Formula-e. Depuis 2017, l’entreprise allemande est partenaire majeur du championnat du monde de monoplaces électriques qui a fait étape à Paris le 27 avril dernier. Mieux, le groupe est actionnaire de la structure organisant la compétition. Un engagement qu’Allianz a reproduit dans le championnat de drones, le Drone Racing League (DRL), et le futur rallye en SUV électriques, l’Extreme-e.

«Le virage a été pris il y a trois ans, explique Jean-Marc Pailhol, directeur du marketing et de la distribution d’Allianz. Pour l’émotion, nous nous sommes engagés comme Top Partenaire des Jeux Olympiques. Pour l’innovation nous sommes allés vers ces nouvelles disciplines électriques avec une approche particulière : être un acteur de ces sports.» Depuis, Allianz tire le fil de cette stratégie de communication.

L’assureur est ainsi partenaire titre du Village des Grands Prix de Formula-e, un éco-système où tous les noms prennent un “e”. Dans l’Allianz e-Village, installé pratiquement sur tous les e-Prix, la marque présente au public sa vision de la vie future : voitures autonomes, drones livreurs, expériences d’intelligence artificielle, robots… «Ce site est destiné aux familles qui viennent avec leurs enfants, indique Jean-Marc Pailhol. Dans ce cadre, nous mettons en avant les nouvelles solutions de mobilité

Le naming des stades se poursuit

Allianz souhaite préempter ce nouvel univers et montrer que l’entreprise est tournée vers le futur. Elle propose d’ailleurs déjà des solutions d’assurances adaptées à ces nouvelles mobilités. «Allianz a l’image d’une grosse société, reconnaît le patron du marketing de la marque. Nous montrons ainsi que nous sommes flexibles et sensibles à l’innovation.» L’électrique pour appréhender le futur et se différencier sur une marché très concurrentiel.

Partenaire mondial des Jeux Olympiques à partir de 2021 et jusqu’en 2028, Allianz n’a pas pour autant abandonné le sport dit traditionnel. «Là encore, nous travaillons ensemble, avec le Comité international olympique, déclare Jean-Marc Pailhol dans le podcast de SportBusiness.Club (voir ci-dessous). En termes de travail sur la notoriété et l’image, ce partenariat est majeur. Pour le business aussi car nous développons des offres d’assurances pour les athlètes olympiques et paralympiques. Le potentiel est également très important avec les autres Top Partenaires.»

Quant au football, il ne sera pas définitivement absent de la stratégie de communication dans le sport d’Allianz. L’assureur va poursuivre et même développer ses accords de partenariats avec différents stades dans le monde, notamment l’Allianz Arena à Munich et l’Allianz Riviera à Nice dont les contrats arrivent à échéance en 2021. «Nous ne sommes pas partenaires du football, mais “namer” de stades, insiste Jean-Marc Pailhol. Tout cet écosystème nous intéresse : billetterie des matchs, des concerts et des différents événements pouvant s’y produire.» De quoi toucher aussi un public plus large, notamment les jeunes, une cible où tout va très vite.

© SportBusiness.Club. Mai 2019


Le podcast de SportBusiness.Club

Interview : Jean-Marc Pailhol. Le directeur du marketing et de la distribution d’Allianz détaille la nouvelle stratégie de sponsoring sportif de l’assureur. Au sein même de l’Allianz eVillage du Paris ePrix, il explique le choix des nouvelles disciplines « électriques » et revient sur le prochain partenariat mondial d’Allianz avec les Jeux Olympiques.

Jean-Marc Pailhol (Allianz). Le podcast de SportBusiness.Club

1 Rétrolien / Ping

  1. OLBIA Conseil Cette semaine 19, Olbia a appris que…

Les commentaires sont fermés.