«Améliorer le maillage territorial du hand pro»

Handball

Interview, Olivier Girault. Le président de la Ligue nationale de handball (LNH) estime que la Lidl Starligue doit s’élargir, et sans doute augmenter le nombre de clubs engagés. Fier de diriger le championnat national n°1 en Europe, il souhaite aider de grandes métropoles où le handball d’élite est aujourd’hui absent. A l’occasion du lancement de la saison 2019/2020, qui débutera le week-end des 4 et 5 septembre, Olivier Girault s’est également placé dans la perspective des Jeux olympiques de Paris 2024.

Vous insistez sur le fait que le championnat français est le plus important en Europe. Comment, selon vous, en êtes sommes arrivés là ?

Olivier Girault : «Il y a plusieurs axes. Le premier aurait été de faire ce que l’on fait depuis 15 ans, c’est-à-dire estimer que le handball c’est super sans comprendre pourquoi il n’est plus regardé. L’autre axe a été de se poser la question à l’envers : qu’avions nous fait en amont pour que ce sport soit regardé, vendable et bankable. Du coup, on s’est concentré sur nous, sur l’état de notre sport, ce qui marchait, mais aussi ce qui ne fonctionnait pas. Ce qui est clair, c’est notre formation en France qui est exemplaire et qui n’a pas d’égal. C’est grâce à une réflexion commune entre la direction technique nationale en corrélation avec les clubs, qui sont les fournisseurs des équipes de France. Commencer par la formation, et non la médiatisation, a été un choix brillant. Il fallait anticiper le fait de devenir le meilleur championnat du monde. Si nous n’avions pas fait ce choix, nous en serions comme en Allemagne, avec une formation en berne, beaucoup de joueurs étrangers et une identification difficile des clubs sur leur territoire

Ce qui n’est pas le cas en France ?

O.G.: «Non, il n’y a pas eu de perte d’identité des clubs car nous nous sommes attachés à faire revenir les joueurs français et à développer l’économie les clubs afin qu’il se structurent et qu’ils soient prêts quand le handball français sera visible. Depuis le championnat du monde 2017 en France, nos clubs sont capables de capter un nouveau public et surtout ils savent comment le garder. Aujourd’hui, nous avons tous les éléments pour que notre sport soit placé au bon endroit. La perspective des Jeux olympiques de Paris 2024 pourra aussi beaucoup aider. Notre réflexion a porté également sur les axes marketing

Le handball est aussi une discipline sportive de territoires.

O.G. : «Oui, nous réfléchissons aussi sur le maillage territorial. On regarde comment le handball est implanté et on apporte une aide pour le développement dans les zones où il l’est moins. Le projet est que chaque territoire héberge un club important de handball. Nous réfléchissons à être présents dans les grandes métropoles où le handball d’élite est aujourd’hui absent. Et là, je parle aussi bien de hand masculin que de hand féminin. Comme la Fédération [française de handball] nous avons envie de franchir la barre des 700.000 licenciés. Cet objectif passera aussi par le développement du sport féminin

Pourquoi vouloir augmenter le nombre d’équipes dans le championnat ?

O.G. : «La question que nous nous sommes posée était de savoir si nous avions la capacité d’élargir notre championnat. Avec 550.000 licenciés, oui c’est possible. Surtout quand on voit des zones comme le lyonnais ou le bordelais où il y a beaucoup de licenciés mais pas de club élite. C’est une hérésie. Elargir le championnat permet aussi d’augmenter les confrontations et la visibilité. On ne peut jamais être fort quand on est tout seul. C’est d’ailleurs pour cela que nous nous sommes battus pour que l’ensemble des matchs de la Lidl Starligue soient retransmis sur Bein Sports. Tous les clubs seront ainsi exposés de manière équivalente

Entretien réalisé en pool.

@SportBusiness.Club. Août 2019.


Les chiffres de la Lidl Starligue 2019/2020

Budgets des équipes :

  • Pays d’Aix Université Club : 7,456 M€
  • Chambéry Savoie Mt-Blanc Handball : 4,598 M€
  • Chartres Métropole Handball : 3,500 M€
  • US Créteil : 3,160 M€
  • Dunkerque Handball Grand Littoral : 4,319 M€
  • Istres Provence Handball : 2,488 M€
  • US Ivry : 2,733 M€
  • Montpellier Handball : 8,237 M€
  • HBC Nantes : 7,837 M€
  • USAM Nîmes Gard : 4,623 M€
  • Paris Saint-Germain : 17,452 M€
  • Saint-Raphaël Var Handball: 4,281 M€
  • Fenix Toulouse : 3,644 M€
  • Tremblay-en-France : 3,771 M€
  • Budgets cumulés des clubs : 78,101 M€
    • dont partenariats : 54,4%
    • dont subventions publiques : 24,3%
    • dont billetterie et recettes matchs : 11,1%
    • dont droits tv : 4,2%
    • dont autres recettes : 6%
  • Salaire moyen : 7.133 € bruts mensuels
    • Hors primes et avantages

Source : Média Guide 2019/2020 de la Ligue national de handball. Budgets prévisionnels saison 2019/2020 à août 2019.

Partenaires

  • Partenaire titre : Lidl (2016 à 2020)
  • Fournisseurs officiels : Select, Gerflor, Gigaset
  • Partenaire des arbitres : La Poste
  • Diffuseur officiel : Bein Sports