Apicil nourrit son discours sur l’inclusion avec le skipper Damien Seguin

En plein de coup de vent mais au cœur du peloton des Imoca, Damien Seguin tient sa position coûte que coûte dans la Route du Rhum, dont le départ a été donné dimanche à Saint-Malo. Apicil, son principal partenaire, veille sur lui, sans mettre la pression. «Il s’agit de notre première expérience à ce niveau là dans la voile», explique Renaud Célié, directeur général adjoint du groupe de protection sociale.

Ce n’est pas un hasard si la société mutualiste s’est associée à Damien Seguin. Le skipper est né sans main gauche : il est le premier athlète handisport à disputer la Route du Rhum sur un Imoca de 60 pieds [plus de 18 mètres], le bateau de course par excellence. «Le groupe Apicil accompagne les personnes avec un handicap et travaille sur l’inclusion depuis très longtemps, précise Renaud Célié. Nous avons eu un team d’athlètes handisport.»

«Ne jamais rien lâcher.»

Dans ce cadre, le groupe de prévoyance a été séduit par le discours de Damien Seguin : «Nous sommes deux skippers en position de handicap au départ de la course, cela prouve qu’il ne faut jamais rien lâcher, insiste le navigateur. Apicil connaît bien mon engagement dans l’inclusion. Nous partageons beaucoup de valeurs avec mon partenaire et la voile est un excellent support pour faire passer des messages.»

Apicil investit plus d’un million d’euros dans cette opération où est également mis en avant la marque de mutuelle du groupe, Intégrance. L’organisme d’assurances vise une cible grand public et est à la recherche de notoriété. «Il y a très peu de groupes de protection sociale engagés dans le sponsoring voile», observe Renaud Célié.

La Route du Rhum ne pourrait être qu’une étape pour le groupe de protection sociale et son skipper. Une fois arrivé en Guadeloupe, au terme de la transatlantique, Damien Seguin visera une autre échéance : le Vendée Globe, le Tour du monde en solitaire dont la prochaine édition se disputera fin 2020. Là encore, le skipper compte ne rien lâcher et sur ce point c’est un compétiteur comme un autre.

© SportBusiness.Club. Novembre 2018


Un champion paralympique en course

Double médaillé d’or aux Jeux Paralympiques [Athènes 2004, Rio 2016], Damien Seguin pratique une discipline totalement inclusive. En course au large, tous les skippers sont sur une ligne de départ identique et participent à la même compétition : femmes ou hommes, sportifs valides ou en situation de handicap. Damien Seguin ne visera pas en 2020 à Tokyo un nouveau titre. Et pour cause «La voile est sortie du programme paralympique, et c’est dommage pour tout ce qui a été fait dans la discipline», regrette le navigateur. Il ne tentera pas non-plus une qualification aux Jeux Olympiques, avec les “valides”. «Non, car fin 2020 je serai alors concentré sur un autre objectif : le Vendée Globe», indique-t-il.