Caisse d’Epargne a un bon fonds pour le sport

La perspective des Jeux olympiques de 2024 à Paris fait même bouger le monde de la finance. Le premier fonds d’investissement consacré à l’univers économique du sport a été lancé mercredi 3 juillet par la Caisse d’Epargne et Seventure Partners, deux filiales du groupe BPCE, partenaire premium national de Paris 2024. Il est doté de 80 millions d’euros. «BPCE, Caisse d’Epargne mais aussi Banque Populaire et Natixis sont très engagés dans le sport, explique Jean-Yves Forel, directeur général en charge notamment du projet Paris 2024 au sein de BPCE. Nous souhaitons être la banque de l’économie du sport. Cette initiative s’inscrit parmi d’autres qui vont venir

Le fonds, baptisé ‘Sport & Performance Capital‘, est destiné à financer des startup et PME de l’univers du sport dans cinq domaines : les équipements et les objets connectés ; l’alimentation et la nutrition ; le coaching sportif et les services ; les infrastructures pouvant aider le développement de la pratique sportive ; la communication, pouvant favoriser la visibilité du sport. La sélection se fera sur dossier.

Une quinzaine de startup retenue

«S’il y a bien un domaine où cela bouge, c’est le sport, assure Isabelle de Cremoux, présidente du directoire de Seventure Partners. Le secteur est en fort développement, est innovant et propose de fortes marges.» Le fonds est prévu pour vivre dix années, jusqu’en 2029. Toutefois, l’objectif principal est de porter ces projets à maturité en 2024, pour les Jeux de Paris. «Concrètement, nous allons sélectionner une quinzaine de petites entreprises, soit environ cinq par an avec l’objectif de les accompagner quelques années afin de les aider à se développer, notamment à l’international,» précise la dirigeante de Seventure Partners qui aujourd’hui gère un actif de 750 millions d’euros.

Caisse d’Epargne est le principal contributeur financier du fonds prévu pour accueillir d’autres investisseurs. Pourquoi pas Banque Populaire, autre enseigne du groupe BPCE. A ce jour, les 80 millions d’euros ne sont pas encore tout à fait réunis dans le fonds. «Mais ce montant peut très bien être dépassé, note Jean-Yves Forel. Cela dépendra de l’appétence autour du projet et de l’intérêt des entreprises.» D’autres fonds dédiés au sport pourraient également se lancer bientôt en France.

© SportBusiness.Club. Juillet 2019