Dernière tournée pour Maroc 2026

Les dirigeants du comité de candidature du Maroc pour l’organisation de la Coupe du Monde de football 2026 entament l’ultime ligne droite avant la désignation du pays hôte le 13 juin prochain à Moscou, lors du congrès de la FIFA en ouverture du mondial Russe. Mardi 15 mai, ils étaient à Paris, reçus à l’Assemblée Nationale. La France, et la Fédération française de football (FFF) apporte son soutient à la candidature marocaine. Celle-ci doit se battre face au dossier présenté conjointement par les Etats-Unis, le Canada et Mexique, a-priori favori. «C’est un vrai combat sportif et on va le gagner, ou alors on le perdra dignement», affirme Moulay Hafid Elalamy, président du comité de candidature marocain et par ailleurs Ministre marocain de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Économie numérique. Un message pour la FIFA dont une délégation, la « Task Force », doit le 29 mai confirmer la validité des deux projets, ou pas.

C’est la quatrième fois que le Maroc est candidate à un mondial de football. Face à l’ogre que représente le dossier du trio nord-américain, les Marocains mettent en avant la bonne santé économique de leur pays, notamment son produit intérieur brut qui a doublé en un peu plus de dix ans et ses capacités d’accueil. «Quand l’Afrique du Sud a enregistré 8,1 millions d’arrivées touristiques en 2010 pour la Coupe du monde et le Brésil 6,4 millions en 2014, nous, au Maroc, en 2017 nous avons reçu 11,3 millions de touristes», se défend Moulay Hafid Elalamy dont le discours est de marteler que le Maroc possède les infrastructures et a les reins solides pour accueillir les spectateurs d’un mondial de football… autant que les pays nord-américains.

Le Maroc appuie aussi sur les faiblesses de ses concurrents. «Tous les stades sont dans un rayon de 550 kilomètres autour de Casablanca», indique le président du comité de candidature marocain. Un tacle à ses adversaires où les sites de compétitions s’étalent sur trois pays. Ce n’est pas le seul : «le Maroc se situe dans le même fuseau horaire que le continent européen», rapporte le dossier de candidature, une situation idéale «pour maximiser les profits grâce aux droits TV». Quand aux aspects politiques des deux candidatures, c’est Pascal Boniface qui a enfoncé le clou. «On ne peut pas limiter l’organisation des grands événements sportifs à seulement quelques pays, assure le directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques. Il serait injuste et inique que le Maroc ne soit pas désigné. Une Coupe du Monde ne se gagne pas sur des menaces, mais sur un dossier. D’ailleurs, le meilleur avocat pour la candidature marocaine est Mr Trump».


Estimation des revenus et dépenses de la Coupe du Monde 2026 au Maroc

  • Revenus : 7,2 milliards de dollars
    • Droits TV : 3,1 milliards
    • Droits marketing : 3 milliards
    • Billetterie : 0,8 milliard
    • Autres : 0,3 milliard
  • Coûts d’organisation: 2,2 milliards
  • Profit estimé : 5 milliards

Source: Etude Roland Berger et Keneo / Document : présentation de la candidature


L’adhésion de la population

Population totale :

  • S’intéresse beaucoup ou assez au football : 84%
  • Ne s’intéresse pas ou peu au football : 16%

Femmes :

  • S’intéresse beaucoup ou assez au football : 75%
  • Ne s’intéresse pas ou peu au football : 25%

Source : sondage IFOP février 2018 / Document : présentation de la candidature


Les chiffres du Maroc

Produit intérieur brut : x2,1 entre 2003 et 2017

  • 2003 : 52 milliards de dollars
  • 2017 : 111 milliards de dollars

Tourisme : x2,2 entre 2003 et 2017

  • 2003 : 4,781 millions de touristes
  • 2011 : 9,342 millions
  • 2013 : 10,046 millions
  • 2016 : 10,283 millions
  • 2017 : 11,360 millions

Capacité hôtelière : x2,6 entre 2003 et 2017

  • 2003 : 100 000 lits
  • 2017 : 262 000 lits

Capacité aéroportuaire : x2,4 entre 2003 et 2017

  • 2003 : 14 millions de personnes
  • 2017 : 34 millions de personens
  • 2026 : 52 millions de personnes (estimations)

Source: Etude Roland Berger et FICOM / Document : présentation de la candidature


Les stades possibles pour la Coupe du monde 2026 au Maroc

  • Casablanca : 93.000 places
    • Grand Stade de Casablanca
    • Match d’ouverture et finale.
    • A construire : prévu pour 2025
  • Marrakech :  69.565 places
    • Grand Stade de Marrakech
    • Demi-finale
    • Construit, à rénover.
    • Capacité ramenée à 61.000 place après
  • Tanger : 65.000 places
    • Stade Ibn Battuta
    • Construit, à rénover.
  • Rabat : 46.500 places
    • Stade Moulay Abdallah
    • Construit, à rénover.
  • Fès : 46.092 places.
    • Complexe sportif
    • Construit, à rénover
    • Capacité ramenée à 35.000 places après
  • Agadir : 46.048 places
    • Adrar Stadium
    • Construit, à rénover.
    • Capacité ramenée à 41.800 places après
  • Casablanca II : 46.000 places
    • Stade modulaire
    • A construire : prévu pour 2024
  • El Jadida : 46.000 places
    • Stade modulaire
    • A construire : prévu pour 2024
    • Capacité ramenée à 26.000 places après
  • Nador : 46.000 places
    • Stade modulaire
    • A construire : prévu pour 2024
    • Capacité ramenée à 20.000 places après
  • Marrakech II : 46.000 places
    • Stade modulaire
    • A construire : prévu pour 2024
    • Capacité ramenée à 26.000 places après
  • Meknès : 46.000 places
    • Stade modulaire.
    • A construire : prévu pour 2024
    • Capacité ramenée à 26.000 places après
  • Ouarzazate : 46.000 places
    • Stade modulaire.
    • A construire : prévu pour 2024
    • Capacité ramenée à 20.000 places après
  • Tétouan : 45.600 places
    • A construire : prévu pour 2022
  • Oujda : 45.400 places
    • A construire : prévu pour : 2022