Christian Estrosi veut le GP de France jusqu’en 2027

Le mondial de l’Automobile, qui s’ouvre jeudi au grand public, enthousiasme Christian Estrosi. Initiateur du retour du Grand Prix de France de Formule 1, le maire de Nice a lâché qu’il souhaitait d’ores-et-déjà discuter avec Formula One pour prolonger de 3 ou 5 ans supplémentaires le contrat pour l’organisation de l’événement sur le circuit du Castellet. La course a fait son retour dans l’Hexagone en juin dernier. L’accord initial est signé pour 5 ans.

«Nous aimerions discuter une prolongation pour aller à 8 ou 10 ans, annonce Christian Estrosi, président du GIP GP de France. Cela permettrait aux collectivités territoriales de mieux planifier les aménagements et les infrastructures. Mais, je ne vous promets pas une autoroute spécialement pour aller au circuit

En juin dernier, l’organisation avait été dépassée par des embouteillages monstres lors de la journée d’essais du vendredi. «On dresse actuellement l’inventaire, et c’est vrai qu’il y a eu des problèmes d’accès le vendredi, mais ce ne fut pas forcément pire que sur d’autres Grands Prix… qui sont là depuis plus longtemps que nous,» affirme Christian Estrosi.

440 millions de téléspectateurs

«Nous étions à l’année zéro en 2018, poursuit le maire de Nice. On attendait de nous d’être, au moins, aussi performants que des Grand Prix installés depuis longtemps. Je crois qu’on l’a été sur certains points.» Et de citer le nombre total de spectateurs : 160 000. «Après cela, on ne pourra plus dire que la France n’attendait pas le retour de son Grand Prix,» lance Christian Estrosi qui se réjouit que la course ait été suivie par 440 millions de téléspectateurs, dont 3,5 millions en France, sur Canal+ et TF1.

Pour le patron du Grand Prix de France de F1, les retombées économiques sont au niveau attendu. «L’impact économique de 68 millions d’euros est au rendez-vous, affirme-t-il. Il pourrait même être plus élevé. Et ce sera encore plus important pour les prochaines éditions.» Tout roule, donc.

© SportBusiness.Club. Octobre 2018


La Formule 1 veut élargir ses publics

Les jeunes, les plus âgés, les femmes… tous les publics intéressent Chase Carey, le président de Formula One Group, promoteur et organisateur du championnat du monde de Formule 1. Invité par le Grand Prix de France sur le Mondial de l’Automobile, qui se tient au Parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris, le boss mondial de la F1 a insisté sur le besoin d’élargir les publics. «On souhaite diffuser la Formule 1 sur toutes les plateformes, explique Chase Carey. C’est le cas pour l’OTT. Il s’agit d’un mode diffusion comme un autre, mais qui intéresse nos fans les plus exigeants.» Le président de Formula One, qui appartient au groupe Liberty Media, a indiqué que des initiatives étaient prises notamment pour intéresser les enfants dans les écoles à la F1, ou encourager le public féminin. «Nous souhaitons que l’événement du Grand Prix dépasse le cadre de la course ou du circuit grâce, notamment, à des animations dans la région ou le pays hôte,» indique-t-il.