Cochonou repart pour six Tours

L’heure de la retraite ne risque pas de sonner de si tôt pour les Deux-Chevaux Cochonou. La marque vient de rempiler avec le Tour de France pour six nouvelles années. Les célèbres voitures feront encore le bonheur des spectateurs de la Grand Boucle jusqu’en 2025, au moins. Depuis 1995, les véhicules à la robe vichy rouge des emballages de la marque de saucissons figurent parmi les plus appréciées de la caravane publicitaire. Cette année, leur absence lors du Grand Départ de la course en Belgique a été très remarquée et peu appréciée par le public belge. «Je ne m’attendais pas à une telle déception,» confie Nicolas Lebrun, chef de marque Cochonou au sein du groupe Aoste. Mais la marque n’est pas présente sur le territoire, ce qui explique cela.

«Les Deux-Chevaux sont les meilleurs véhicules pour symboliser le patrimoine français, affirme-t-il. C’est également le cas du Tour de Tour et de Cochonou.» Depuis 21 ans, la marque est présente dans la caravane publicitaire pour rencontrer ses consommateurs. «Nos objectifs n’ont pas beaucoup évolué depuis le début, explique Nicolas Lebrun. D’une part, il s’agit de se montrer afin de faire croître la notoriété. D’autre part, nous faisons déguster les produits. C’est essentiel, car nous sommes un fabricant de saucissons.» La marque estime que plus d’un million de personnes goûtent ses produits durant les trois semaines de course.

Dix tonnes de saucissons

Le dispositif est parfaitement rôdé. Le matin, animation au départ grâce à des dégustations offertes au public par des animateurs à pied. Idem l’après-midi sur la ligne d’arrivée. Entre temps, les sept véhicules dans la caravane publicitaire ont enflammé les spectateurs installés sur le parcours de l’étape avec la distribution de mini-sachets de saucissons sec. En parallèle, depuis deux ans, un bar à saucisson s’installe dans les villages traversés par le peloton, offrant aussi des dégustations. Au total, sur un Tour, les 23 hôtes et hôtesses Cochonou auront découpé en tranches 2.000 saucissons et distribué 500.000 sachets. Dix tonnes de produits sont ainsi offerts.

Cette année, la marque a abandonné le parrainage des étapes en direct sur les chaînes de France Télévisions. «Nous avons aussi un produit à lancer dans la gamme Label Rouge avec le besoin de raconter un autre discours», précise Nicolas Lebrun. Cette campagne, qui débute le 22 juillet pour trois semaines, ne fera pas référence au Tour de France. Une petite réallocation budgétaire, donc. Le coût total du partenariat Tour de France est lui gardé secret. «Nous ne dévoilons pas le budget, mais l’opération est rentable en terme de retour sur investissement, grâce notamment aux 10 millions de personnes touchées sur le bord des routes», assure Nicolas Lebrun qui consent uniquement à avouer que la production des bobs Cochonou a été augmentée ! Il y en aura 100.000 à distribuer. Ouf, car l’objet est devenu, au même titre que les Deux-Chevaux, un must de la Grande Boucle.

© SportBusiness.Club. Juillet 2019