Comment Arkea et Paprec voguent ensemble

Deux sponsors et un seul voilier. Arkea et Paprec embarquent dans une aventure marketing peu commune : le co-partenariat d’un skipper candidat au Vendée Globe 2020. Les deux marques se partagent le naming du bateau, un Imoca de 60 pieds baptisé ce vendredi 6 septembre à Bordeaux. Le duo n’a pas signé de pacte de mariage. C’est sur la garantie d’une confiance mutuelle que cette union a été scellée. «Pour que ce type d’accord fonctionne il faut être en symbiose, explique Sébastien Petithuguenin, directeur général de Paprec. Tout est décidé à l’unanimité.»

Paprec a l’expérience du co-partenariat. L’entreprise, spécialisée dans le recyclage, a navigué plus d’une décennie aux côtés de Virbac, un laboratoire pharmaceutique. «On a peut-être inventé ce modèle, sourit Sébastien Petithuguenin. A l’époque nous avions choisi cette solution car nous étions trop petits pour aller tout seuls sur un projet de sponsoring voile. Cela a fonctionné avec Virbac car ils sont comme nous une société familiale.»

Des activités industrielles différentes

Les deux entreprises n’ont rien écrit pour garantir l’équilibre des retombées, sauf le fait de faire tourner les noms pour le naming du bateau. «Une fois c’était Virbac-Paprec, et la course suivante Paprec-Virbac, raconte le directeur général de Paprec. Ce système fonctionnait aussi parce que nous avions deux activités industrielles différentes et non concurrentielles.» Ainsi, chaque société ne vampirise pas l’autre. «Cela a fonctionné aussi parce nous sommes plutôt BtoB, alors que Virbac était grand-public,» ajoute Sébastien Petithuguenin.

Ces principes, soutenu par un investissement à 50/50 entre les deux sponsors, tiennent toujours dans la nouvelle association avec Arkéa. «On connaît très bien Paprec depuis plusieurs années,» affirme Jean-Pierre Denis, président d’Arkéa, un groupe financier rassemblant notamment le Crédit Mutuel de Bretagne et Fortuneo qui détient 30% de Paprec. Une réelle proximité donc. «Pour ce projet, nous voulions nous associer avec quelqu’un qui avait de l’expérience en voile Imoca, continue le dirigeant. Et c’était le cas de Paprec. Ce co-partenariat est simple. D’ailleurs, il n’y a pas eu de discussion pour l’ordre des noms.» Ce sera Arkéa-Paprec jusqu’au Vendée Globe. Et sans doute l’inverse ensuite si le couple décide de poursuivre la route ensemble.

©️ SportBusiness.Club. Septembre 2019


Le team voile de Vincent Riou

Arkéa-Paprec, le nouvel Imoca à foils de Sébastien Simon est le fruit du team voile de Vincent Riou, vainqueur du Vendée Globe 2004-2005. Le navigateur, qui accompagnera son poulain en duo sur la Transat Jacques Vabre cet automne, se charge de tous les aspects sportifs et techniques. Les aspects financiers, la gestion et la recherche d’autres partenaires, notamment techniques, sont laissés aux équipes d’Arkéa et Paprec. C’est aussi ce dernier qui est officiellement propriétaire du bateau.