Dans les secrets du Sportel

Droits TV

Vincent Tong Cuong, CAA Eleven, au Sportel 2018.

C’est un endroit très discret, au deuxième sous-sol du Grimaldi Forum à Monaco. Au Sportel, qui se tient jusqu’à demain, mercredi 24 octobre, les détenteurs de droits y reçoivent leurs invités à l’abris des regards des visiteurs du marché et loin du brouhaha du salon, trois étages plus haut. Le lieu compte dix sept salles de réunion au total. Treize sociétés s’y sont installées, dont CAA Eleven qui commercialise les images des compétitions par nation de l’UEFA, l’Euro 2020 ou la nouvelle Ligue des Nations.

«Nous profitons du Sportel pour rencontrer les diffuseurs que nous ne visitons pas régulièrement, confie Vincent Tong Cuong, vice-président exécutif de CAA Eleven, directeur commercial médias et sponsoring. Nous y voyons aussi nos interlocuteurs chez les diffuseurs pour les écouter, même si le contrat est déjà signé.» Dans tout accord, il y a la lettre et l’esprit de la lettre.

La Ligue nationale de rugby a son salon

Les agences prennent possession de leurs salles. Elles les décorent et y exposent les trophées des compétitions. Toutes les coupes européennes de l’UEFA y prônent ainsi au seul bénéfice visuel de quelques privilégiés. Elles peuvent être les témoins muets de discussions business enflammées. «Non, les deals ne se font pas directement au Sportel, reprend Vincent Tong Cuong, par ailleurs pressenti pour prendre la présidence des Girondins de Bordeaux. Nous n’avons jamais signé d’accord formel ici

Cette année, la Ligue nationale de rugby (LNR) a loué sa propre salle à l’occasion de l’appel d’offres des droits internationaux du Top 14 qu’elle vient de lancer. «Etre ici nous permet d’avoir plus de confort pour rencontrer nos interlocuteurs, explique Thibaut Chatelard, directeur marketing et communication de la LNR. Cela donne aussi un autre statut.» L’an prochain, c’est promis, ils décoreront la salle avec des ballons et apporteront avec eux, peut-être, le Bouclier de Brennus.

Le gratin des diffuseurs mondiaux défile au deuxième sous-sol du Grimaldi Forum, mais pas forcément les Français. TF1, France Télévisions, M6, Canal+, RMC Sport, Bein Sports, Eurosport sont pourtant tous représentés à Monaco et ils pourraient justement discuter des droits de l’Euro 2020 non encore attribués dans l’Hexagone. «Nous sommes dans les temps, pas la peine de se précipiter,» lâche Vincent Tong Cuong. En fait, ce gros contrat ne se jouera que dans les prochains mois, loin du Rocher monégasque, dans les étages des sièges parisiens des chaînes.

©️ SportBusiness.Club. Octobre 2018