«Un lien générationnel entre les Jeux des Masters et ceux des jeunes»

Interview. Denis Masseglia. Le Président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) lance les Jeux des Masters dont la première édition se tiendra à Vichy (Allier) en octobre 2020. Plus de 10.000 participants y sont attendus. Présentation de cette nouvelle compétition.

Que sont ces nouveaux Jeux des Masters ?

Denis Masseglia : «Ils s’inspirent des World Masters Games, qui comme son nom l’indique est une compétition pluridisciplinaire réservée aux plus de 35 ans. Aujourd’hui, en France, il existe beaucoup de compétitions monodisciplinaire pour ces masters, mais aucune n’est pluridisciplinaire. Notre objectif est de permettre à ceux qui ont envie de faire autre chose que simplement une course d’athlétisme, de vélo ou de natation. Là, ils pourront s’exprimer dans d’autres circonstances. Ces Jeux réunissent sur trois jours toute une série d’épreuves permettant à chacun de se confronter à d’autres sur plusieurs sports dans le cadre d’un événement qui aura sa cérémonie d’ouverture afin de donner un parfum de Jeux…(hésitation) pas olympiques mais pluridisciplinaire. Le dernier jour une sorte de mélange se fera grâce à un tirage au sort permettant de constituer des équipes qui se confronteront sur d’autres épreuves et disciplines. Le but est que ces athlètes se connaissent autrement que par le simple contact de leur club ou leur sport

Ces Jeux s’inscrivent-ils dans le sport performance ou la pratique loisirs ?

D.M.: «Ils entrent dans ces deux propositions. On doit permettre à ceux qui font du sport en compétition de se mesurer à d’autres dans un esprit qui doit rester le plus équitable possible mais qui sera différent de celui du haut niveau car ce n’est pas de la compétition de haut niveau. Ces Jeux doivent permettre à ce qu’il y ait de plus en plus de gens qui pratiquent le sport à leur niveau.»

Vont-ils se dérouler tous les ans ?

D.M.: «Non, ce sera tous les deux ans car l’objectif est d’avoir les Jeux des Masters les années paires et les Jeux des Jeunes les années impaires. Il y aura un lien générationnel entre les deux événements : les quelques excédents économiques prévus lors des Jeux des Masters permettront de financer les Jeux des Jeunes. Ce sera donc pour la bonne cause.»

Quel est le modèle économique des Jeux des Masters ?

D.M.: «Le CNOSF sera l’organisateur et le responsable événementiel de ces Jeux. Pour cette première édition en 2020, Vichy a été choisi après consultation qui a amené une dizaine de réponses. La ville nous offre à la fois un parc hôtelier et des équipements sportifs à la hauteur de l’événement qui y sera organisé. La collectivité s’engage à verser 150.000 euros et mettre à disposition ses équipements sportifs. Ensuite, il y a surtout la participation financière des participants. Nous sommes sur le modèle des World Masters Games où des épreuves de masse que l’on connaît en France. D’ailleurs, ces Jeux des Masters ne sont pas réservés aux seuls Français. Tout le monde pourra y participer. On exigera seulement une licence ou une carte découverte d’une fédération sportive.

© SportBusiness.Club Décembre 2019


Les World Masters Games en France en 2025

Le lancement des Jeux des Masters va permettre d’anticiper l’accueil des World Masters Games qui seront organisés en France en 2025, un an après les Jeux olympiques de Paris. La compétition s’inscrit dans l’Agenda 2020 du Comité international olympique. Le Japon recevra l’événement en 2021, un an après les Jeux de Tokyo. En France, les Jeux des Masters regrouperont en 2020, dix sports dont six obligatoires : course à pied (10 kilomètres), cyclisme (100 kilomètres), natation (bassin et eau libre), triathlon, pétanque et tir à l’arc. Quatre disciplines additionnelles, proposées par la collectivité et validées par le Comité d’organisation, compléteront le programme. Elles devront être choisies parmi celles-ci : aviron, canoë-kayak, golf, sauvetage côtier, stand-up paddle, escalade, course d’orientation et sport de boules. Les Jeux des Masters se déroulent sur quatre jours du jeudi au dimanche qui sera une conclusion “festive” avec des épreuves par équipes où même l’esport aura sa place. Le cahier des charges exclut le sponsoring : «Uniquement la collectivité et les éventuels partenaires publics pourront être associés à l’événement et ainsi bénéficier d’un affichage qui toutefois sera limité aux Jeux des masters.»