En Norvège le sport roule à l’électrique

L’histoire du sport retiendra peut-être que c’est pour une seconde que le cycliste français Warren Barguil a échoué pour la victoire lors de la 7e édition de l’Artic Race of Norway dont les quatre étapes ont été disputées du 15 au 18 août 2019 dans les îles Lofoten, au Nord du pays. D’autres raconteront peut-être aussi que ce fut la première course cycliste à utiliser en grande partie des véhicules électriques. Cette année, Hyundai, partenaire auto de l’épreuve organisée par Amaury Sport Organisation, a fourni 45 voitures 100% électriques. D’ici à trois ans c’est 100% de la flotte officielle qui adoptera cette motorisation. 

En Norvège, le constructeur coréen a mis à disposition des modèles Kona et Ionic pour les directeurs de course et les équipes. Une première et un challenge qu’il a fallu relever notament pour la recharge des batteries, car dans cette partie du globe les infrastructures destinées à cet usage sont rares. «Nous y avons vu un défi et nous avons contacté les sociétés hydroélectriques de la région, pour déterminer si elles pouvaient nous aider à trouver une solution, indiquait Knut-Eirik Dybdal, le directeur de la course dans un communiqué. Nous avons reçu un nombre impressionnant de réponses et une solution a été mise en place.»

Cinq compagnies électriques norvégiennes se sont unies pour financer une station de recharge portable spécifique pour la course. Celle-ci a été déplacée sur les quatre étapes afin d’alimenter les batteries des véhicules de la course. Cet équipement est maintenant appelé à servir sur d’autres événements de la région, sportifs ou culturels. Par ailleurs, l’Artic Race of Norway a accéléré dans ce territoire le processus d’installation d’équipements pérennes pour la recharge des véhicules. Le sport fait bouger les lignes, même électriques.

© SportBusiness.Club. Août 2019

1 Rétrolien / Ping

  1. Moovit, la solution mobilité douce sur la Vuelta | SportBusiness.Club

Les commentaires sont fermés.