Equidia fait le pari d’une chaîne de sport

Finies Live et Life : depuis l’arrêt, fin 2017, du canal consacré aux sports équestres et à l’univers du cheval, Equidia se décline désormais en une seule version concentrée sur les courses hippiques et avec «tous les codes d’une chaîne de sport», explique Laurent Eichinger, le patron d’Equidia arrivé il y a un an. «La chaîne est une formidable machine qui avait besoin de se renouveler, explique-t-il. Nous avons pris le parti de nous recentrer totalement sur l’hippisme et pour cela nous mettrons les moyens pour couvrir encore mieux les épreuves et raconter les histoires, comme dans une chaîne de sport». Laurent Eichinger avance quelques chiffres : près de 3.000 heures annuelles de programmes en direct, une équipe de 80 journalistes et plus de 400 personnes sur les champs de courses.

«Le second objectif est de remettre le parieur au centre du dispositif, poursuit Laurent Eichinger. Ils sont quatre millions en France et nous devons leur rendre le meilleur service». Equidia promet ainsi plus de statistiques ou d’experts pour aider ces passionnés. La chaîne a aussi développé un “player” rassemblant une très importante base de données sur les chevaux de courses, le replay de toutes les épreuves et la possibilité de suivre l’intégralité d’une réunion dans un hippodrome.

Arrêt de la publicité pendant les courses

Cette stratégie se résume avec une nouvelle signature : «Vous êtes dans la course». Dans ses publicités, signées par l’agence Jésus & Gabriel, Equidia, qui bénéficie aussi de nouveaux logo et habillage, met en avant ses animateurs et de vrais parieurs. Ils sont chargés d’incarner la chaîne du 11 au 25 janvier dans une action déclinée en presse, radio et télé.

Par ailleurs, les directs quotidiens des courses, qui débutent à midi et se poursuivent parfois jusqu’à 23h00, sont désormais totalement vierges de publicité. «C’est un choix, mais les recettes publicitaires ne représentaient qu’environ un million d’euros dans notre budget global de 65 millions», précise Laurent Eichinger. Le solde est apporté par les sociétés de courses, France Galop et Le Trot, et le PMU.

S’il se recentre sur son cœur de cible, les joueurs PMU, le patron d’Equidia s’est aussi donné comme mission de recruter de nouveaux téléspectateurs… et potentiels futurs parieurs. Pour les séduire, Laurent Eichinger compte sur les nouvelles technologies comme l’introduction de réalité virtuelle sur les plateaux ou l’utilisation de drones et caméras embarquées pour couvrir les courses. Autre innovation technique : lors du prochain Grand Prix d’Amérique, le 28 janvier, un système de tracking via GPS permettra de suivre les emplacements exacts des chevaux dans le peloton. «Nous serons le plus possible en immersion, promet le dirigeant. Nous voulons proposer un vrai spectacle sportif». Avec de bons tuyaux en supplément, les téléspectateurs et les parieurs seront comblés.


Equidia : une partie du pôle média

Nommé il y a un an, Laurent Eichinger dirige l’ensemble du pôle média du monde hippique français, dont Equidia et le multimédia, qui n’est finalement qu’une partie de l’ensemble. La plus grande structure, celle qui englobe une grande partie du budget de fonctionnement (65 millions d’euros) est GTHP, la société de production. Celle-ci est chargée de réaliser toutes les images des courses hippiques sur tous les hippodromes. Par ailleurs, Laurent Eichinger chapeaute aussi les régies du galop et des hippodromes de Vincennes et de Cagnes-sur-Mer.


Un champion du monde et un médaillé d’or olympique

Outre un pool d’experts hippiques, Equidia a aussi recruté deux personnalités qui ne sont pas issues du monde équin, mais en sont des passionnés : Lionel Charbonnier, sacré champion du monde avec l’équipe de France de football en 1998, et Brahim Asloum, champion olympique de boxe en 2000 à Sydney. Ce dernier continuera à officier sur RMC comme consultant.


Qui fait quoi ?

Les agences du relancement d’Equidia :

  • Publicité : Jésus & Gabriel.
  • Médias : Blue 449 (Publicis Media)
  • Logo : Dragon Rouge.
  • Habillage : DLP.
  • Site internet : Donkey Code.
  • Relations presse : Les Influenceurs (Repeat Group).