GL Events a les rênes de la Coupe du monde de Jumping

L’Accor Hôtels Arena accueillera la finale de la Coupe du monde de jumping du 11 au 15 avril prochain. Un événement que Paris n’avait pas reçu depuis 1987. A l’époque l’enceinte s’appelait POPB. En France, la dernière fois, c’était en 2014 à Lyon, et c’était déjà GL Events qui était à la manœuvre, comme dans moins d’un mois à Paris. L’entreprise lyonnaise, reconnue comme l’un des leaders mondiaux de l’événementiel sportif, dispose d’une filiale entièrement vouée aux compétitions équines, Equestrian Sport. Celle-ci organise Equita, le salon du cheval à Lyon, qui l’an passé a reçu 150.000 visiteurs, l’étape française de la Coupe du monde tous les ans à Lyon, et, donc, est le promoteur de la finale 2018 à Paris. La structure se charge aussi, comme prestataire, de l’organisation du Saut Hermès, qui vient de se tenir au Grand Palais.

Sous l’égide de la Fédération française d’équitation, Equestrian Sport supporte la charge de l’organisation de cette finale de Coupe du Monde dont le budget s’élève à environ 7 millions d’euros. L’essentiel des recettes provient des partenaires privés, en particulier Longines, “namer” des épreuves de jumping. Le solde vient essentiellement de la billetterie : 40.000 spectateurs sont attendus au total.

Encore quelques places pour des partenaires

A quelques jours de l’événement mondial, ll reste encore quelques places pour des sponsors retardataires désireux de s’associer au monde équestre. Ainsi, une visibilité sur les panneaux encadrant le terrain s’élève à 20.000 euros. Disponibles sur la webtv officielle de la fédération internationale (FEI TV) et dans 130 pays, les épreuves de la finale de la Coupe du monde seront diffusées en France sur SFR Sport.

Enfin, le dernier poste de ressources pour GL Events est l’hospitalité. Si toutes les loges de l’Accor Hotels Arena sont vendues, il est encore possible pour les entreprises de réserver des tables dans les espaces de réception de l’enceinte : 6.000 euros pour quatre personnes, avec dîner et sièges premiers. La victoire d’un des quatre cavaliers français qualifiés pour cette finale de coupe du monde sera la cerise sur le gâteau.

Mise à jour. Interview vidéo. Sylvie Robert (GL Events Equestrian Sport) explique les défis de l’organisation.


Un galop d’essai pour Paris 2024

Jean-François Martins, adjoint au sport à la Ville de Paris, l’a encore souligné lors du point presse de la finale de la Coupe du monde de jumping : ces grands événements sportifs sont des occasions uniques pour tester les organisations avant le grand rendez-vous olympique de 2024. «Cela nous permet de cumuler l’expérience de l’excellence dans toutes les disciplines sportives, assure l’élu. Notre rôle est aussi de faire découvrir tous les sports olympiques aux Parisiens. Nous avons 6 ans pour cela». La finale de la Coupe du monde permettra notamment d’apprécier la gestion de 400 chevaux de compétition. GL Events construira d’ailleurs autant de boxs dans le parc de Bercy, au pied de l’Accor Hôtels Arena. «Un défi, car ce sera la plus grosse structure jamais construite à l’extérieur», affirme Jean-François Martins.


Les partenaires de la finale de la Coupe du monde de jumping

  • Partenaires officiels : GL Events, Longines, Fédération Equestre Internationale (FEI), Fédération française d’équitation (FFE), Ariat.
  • Partenaires institutionnels : Région Ile-de-France, Mairie de Paris, Fonds Eperon, Comité régional d’équitation d’Ile-de-France.
  • Partenaires : Accor Hôtels Arena, Bianchi Vending, Bonneau Internationnal Poney, Champagne Pommery, CWD, De Sutter Naturally, Dokever, Danone Evian Badoit, Equitheme, Haras de Meautry, Hippodrome de Longchamp, Harras des Grillons, Hermes Sellier, Lambey, Mediatrasport, Renault, Toubin & Clément.
  • Partenaires média : Grand Prix, RMC.