Quand Hopscotch adhère au sport

Agences

Alexandre Cadet, Hopscotch Sport

Dans le hall d’accueil de l’agence trône un vélo. Pas n’importe lequel. «C’est une oeuvre d’art achetée durant une vente aux enchères au profit d’une association caritative, un fixie entièrement émaillé, même la chaîne, qui a été imaginé par un designer de Peugeot chargé de l’innovation,» précise Frédéric Bedin, président du Directoire d’Hopscotch où le sport est présent dès l’entrée. Logiquement, ce n’est donc pas une surprise de voir l’enseigne, reconnue en relations publics, relations presse et événementiel, arriver dans cet univers.

Depuis juillet dernier, c’est Alexandre Cadet, ex-Nielsen Sport, MKTG et Lagardère, qui est chargé d’incarner et de porter ce nouveau pôle. «Mon rôle est de structurer les expertises sport que nous avons dans l’entreprise afin de créer une thématique verticale comme nous le faisons pour le cinéma, le luxe ou le voyage,» explique le directeur d’Hopscotch Sport. «Etats-Unis exceptées, nous sommes la plus grande société de relations publics au monde, indique Frédéric Bedin. Nous faisons aussi beaucoup de choses dans le sport depuis longtemps, mais nous n’étions pas identifiés comme tel pour cette compétence

Paris 2024 et Doha

Hopscotch Sport n’est pas une filiale du groupe. Le nouveau pôle travaille avec les différentes expertises de la société qui rassemble 600 collaborateurs sur les six étages de son siège parisien situé derrière la Bourse. Il s’appuie aussi sur les moyens internes de production, comme un studio TV. «Nous sommes indépendants et cela est une force car nous pouvons être agiles au bon moment pour proposer du sur-mesure,» assure Alexandre Cadet. En quelques mois, l’agence a déjà séduit Paris 2024, qui, selon nos informations, l’a intégré dans le pool de cinq enseignes régulièrement interrogées. Tout récemment, Hopscotch Sport a décroché la gestion de deux fans-zones de la Coupe du monde des Clubs de football à Doha (Qatar) en décembre prochain.

«Il y a beaucoup d’enjeux à venir, avec les Jeux olympiques mais également la Coupe du monde de rugby 2023, c’était le bon moment pour y aller, lâche Frédéric Bedin. Et puis, Christophe Chenut, président du Conseil de surveillance depuis un an [ex-patron de L’Équipe, de Lacoste et du Stade de Reims] a été un élément déclencheur.» Un fan de vélo aussi, engagé comme le patron d’Hopscotch au Cyclo Club de Paris-Deauville. Ils espèrent maintenant que les annonceurs prendront la bonne roue.

© SportBusiness.Club Novembre 2019