Hôtels 50 étoiles pour les équipes du Tour

Mercure, Campanile, Kyriad, Novotel, Ibis… le Tour de France des coureurs cyclistes est aussi celui des hôtels. Les principales chaînes hôtelières sont sollicitées, notamment le groupe Accor [NDR : qui n’est plus partenaire de la Grande Boucle depuis cette année]. L’hébergement des 22 équipes du Tour est payé par Amaury Sport Organisation (ASO), propriétaire et organisateur du Tour.

Les équipes d’ASO se chargent de trouver, réserver et attribuer les hôtels aux équipes sur toutes les étapes, à compter de trois jours avant le départ, jusqu’au dernier dimanche de course, à Paris. La qualité, le confort et l’emplacement des hôtels varient, et les meilleurs établissements ne sont pas forcément destinés aux équipes les plus fortes ou à celle du maillot jaune.

Afin d’assurer une parfaite équité sportive sur ce sujet, ASO a mis en place le principe des 50 étoiles. A la Fin du Tour, chaque équipe devra avoir cumulé au moins 50 étoiles avec les hôtels dans lesquels elle aura séjourné. Un principe équivalent existe concernant le nombre de kilomètres que chaque équipe aura parcouru en transferts, pour aller à l’hôtel après les arrivées et rejoindre la ville départ le lendemain.

Des chambres supplémentaires

Amaury Sport Organisation ne prend en charge que 24 personnes par équipe, dont, évidemment, les huit coureurs. Si elles ont besoin de plus de chambres, et c’est le cas de la plupart des structures, notamment Ineos qui se déplace avec 40 personnes, elles doivent payer. «Notre équipe au total est de 38 personnes et nous devons donc demander des hébergements en plus, notamment pour les équipes communication ou notre cuisinier, explique Laurent Biondi, manager sportif d’AG2R La Mondiale. Nous faisons nos demandes à ASO vers la mi-avril. Ils nous réservent les chambres en plus, quelques fois dans l’hôtel des coureurs, ou alors dans un autre si la capacité n’est pas suffisante. Ensuite, nous sommes facturés directement pour ce supplément

Charge aussi à chaque équipe d’attribuer les chambres. «Dans notre cas, nous avons onze chambres double, avec deux lits, et six en single, précise Alain Deloeuil, directeur sportif chez Cofidis. Les meilleures chambres, les plus calmes, celles qui ne donnent ni sur une route, ni une voie ferrée ou encore une place publique, sont prioritairement destinées aux coureurs.» Ils dorment par deux. Les chambres seules sont réservées aux managers sportifs. Les mécanos et les équipes de relations publiques peuvent eux se retrouver dans un autre établissement à plusieurs kilomètres. Les nuits sont alors être très courtes.

© SportBusiness.Club. Juillet 2019