La 2e étoile doit briller pour la Ligue 1

Qu’on se le dise : notre Ligue 1 est le championnat national des champions du monde ! La Ligue de football professionnel (LFP) entend bien faire passer le message. L’instance vient de se doter d’une signature («La Ligue des Talents») et souhaite bien surfer sur le succès des Bleus en Coupe du monde. La 2e étoile remportée par l’équipe de France doit permettre au foot tricolore et à son championnat national de rayonner dans l’Hexagone et en dehors des frontières.

En France, la LFP lance un « Trophy Tour » de la Coupe. La statuette en or sera présentée au public dans les stades des clubs des champions. La fête commence dès le match d’ouverture du championnat, vendredi 10 août, à Marseille, à l’Orange Vélodrome en l’honneur de Steve Mandanda, Adil Rami et Florian Thauvin. Elle se poursuivra dimanche 12 août à 15h00 à Lyon au Groupama Stadium pour Nabil Fékir, puis, après un rapide voyage vers Paris, le soir au Parc de Princes du PSG pour célébrer Alphonse Aréola, Presnel Kimpembe, et Kylian Mbappé. Enfin, la tournée se conclura le 2 septembre au Stade Louis-II de Monaco, où joue Djibril Sidibé.

«Something is happening in France !»

«Tout ce qui touche le football national ne peut être que bénéfique, se réjouit Nathalie Boy de la Tour, présidente de la LFP. Cela accélère le cercle vertueux.» Et quand la LFP évoque un cercle vertueux, c’est surtout celui des recettes marketing. «Avec Be In Sports, on renégocie actuellement des droits audiovisuels internationaux, indique Didier Quillot, directeur général exécutif de la Ligue. Oui, ce titre de titre de champions du monde est un argument supplémentaire dans les négociations avec les diffuseurs

Samedi 4 août, à Shenzhen en Chine, où se disputait la rencontre, la présence de deux cents journalistes locaux accrédités pour le Trophée des Champions entre le PSG de Kylian Mbappe et l’AS Monaco a ravi les dirigeants du football français : l’Asie est situé dans leurs objectifs de développement. Ce sont aussi les investisseurs étrangers qui peuvent être attirés par le foot à la française et les clubs de l’Hexagone. «Something is happening in France», assure Didier Quillot, in english dans le texte. Ce dernier a déjà mené quatre tournées pour tenter de séduire de potentiels investisseurs aux Etats-Unis. La récente arrivée d’un groupe américain aux Girondins de Bordeaux donne raison au directeur exécutif de la LFP.