La Boulangère embarque dans la Mini-Transat

Camille TAQUE / Proto 791

La Mini-Transat fait comme les grands : elle a aussi son namer ! En l’occurrence, il s’agit de La Boulangère qui va associer son nom à celui la course pour les deux prochaines éditions, de 2017 et 2019. Cette transat, qui fête ses 40 ans, partira de La Rochelle le 1er octobre pour rejoindre Le Marin, en Martinique, après un arrêt à Grande Canarie. Une escale obligatoire pour ces petits bateaux de 6,50 mètres.

«La communication autour de la marque La Boulangère a évolué en direction des femmes, et la voile est le sport où la croissance est la plus importante auprès des femmes, explique Christophe Aillet, directeur général du groupe La Boulangère & Co. Nous sommes aussi sur l’innovation, et la voile est un sport avec qui innove beaucoup aussi. En plus, l’entreprise est installée dans l’Ouest de la France, et, du coup, nous connaissons bien la discipline». Voir l’interview vidéo ci-dessous.

La voile après le cyclisme

Avec ce partenariat, La Boulangère revient au sponsoring sportif, après une aventure remarquée dans le cyclisme au début des années 2000. La marque avait soutenu deux ans, en 2003 et 2004, l’équipe professionnelle de Jean-René Bernaudeau, et accompagné l’avènement de Thomas Voeckler. «Mais ils avaient des ambitions internationales, et les montants de budgets demandés pour la suite ne correspondaient plus du tout à nos objectifs et nos moyens», indique Christophe Aillet.

Avec la voile, La Boulangère retrouve aussi un projet moins ambitieux et moins expansif. Le budget de la course s’élève à 800 000 euros, dont un «gros quart» provenant du nouveau sponsor , rapporte Tip & Shaft. Cette année, faute de temps, la marque se contentera d’associer son nom à la course. Mais pour l’édition suivante, La Boulangère a déjà prévu d’utiliser ses produits pour faire la promotion de la course : 1,5 million de paquets sont vendus toutes les semaines, et notamment les nouveaux produits récemment lancés… des minis. Ca tombe plutôt bien.


Mini-Transat, mini budget

La course à la voile, ouverte aux bateaux de la classe Mini, de moins de 6,50 mètres, est sans doute l’une des transatlantiques les plus accessibles pour les skippers. Ainsi, les budgets des concurrents s’échelonnent entre 15 000 euros, pour les amateurs, et 60 000 euros, pour les navigateurs professionnels ou membres d’un team. Les principaux coûts, hors achat du bateau, sont l’inscription (2 000 euros), les assurances (3 000 euros) et le coût du cargo pour le retour de Martinique (6 000 euros).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*