La carte de Paris 2024 dévoilée à Buenos-Aires

Le Grand Palais éphémère sur le Champ de Mars

C’est en Argentine, à Buenos Aires, en marge des Jeux olympiques de la jeunesse qui débutent ce vendredi 5 octobre, que Tony Estanguet a détaillé la carte définitive des sites et des affectations des disciplines pour les jeux de Paris 2024. Le président du Comité d’organisation des jeux Olympiques et paralympiques (COJO) et la délégation française présente là-bas ont confirmé les informations dévoilées ces dernières semaines.

Ainsi, le site du Bourget, dans le Nord de Paris, perd un équipement et n’accueillera que les épreuves de tir et de volley-ball. Le badminton ira dans la future Arena 2 qui sera bâtie Porte de la Chapelle. Enfin, la structure modulaire éphémère construite sur le Champs de Mars pour recevoir des expositions le temps des travaux du Grand Palais sera pérennisée quelques mois supplémentaires et hébergera les tournois de judo et de lutte.

Budget et héritage

Dernier gros chantier : la piscine. Elle sera bien installée à la Plaine Saulnier à Saint-Denis, à deux pas du Stade de France et du Village olympique. Ce complexe comptera cinq bassins pour recevoir toutes les épreuves, exceptées les courses en eau libre. Après les jeux, seuls subsisteront deux bassins sur le site et la jauge de spectateurs passera de 5 000 à 2 500 places. Paris 2024 rénovera quatre autres piscines en Seine Saint-Denis qui seront des lieux d’entraînements et réinstallera, après les jeux, trois bassins modulaires dans le département.

«Ce plan a été dessiné pour répondre à trois critères clés, assure Michaël Aloïsio, directeur de cabinet du Président de Paris 2024. Il fallait respecter l’enveloppe budgétaire, préserver et optimiser l’héritage des jeux, et, enfin, proposer les meilleures expériences des jeux pour les athlètes et les spectateurs.»

Le COJO de Paris 2024 a obtenu les accords de toutes les fédérations sportives internationales concernées par cette carte des compétitions présentée dans la matinée en Argentine lors d’une réunion de la commission exécutive du Comité international olympique.

© SportBusiness.Club. Octobre 2018


Quelles disciplines supplémentaires ?

Les Jeux de Paris 2024 répondront à l’agenda 2020 défini par le Comité international olympique. L’un des principes est de rester dans une jauge de 10 500 athlètes, et pas un de plus. Du coup, pour recevoir deux ou trois disciplines supplémentaires au programme fixé, Paris 2024 devra compter sur les autres fédérations pour faire un peu de place. L’arrivée du surf, du skate-board ou de l’escalade, par exemple, ne devra pas engendrer des athlètes en plus dans le contingent fixé. Par ailleurs, le budget du COJO Paris 2024 dispose d’une réserve de 200 millions d’euros pour, notamment, faire face aux dépenses liées à d’éventuels nouveaux sites de compétition.


Au JOJ, on fait des tests

Les 3e Jeux olympiques d’été de la Jeunesse, qui s’ouvrent ce vendredi 5 octobre à Buenos Aires en Argentine seront particulièrement observés par le mouvement olympique. L’événement permet de tester plusieurs innovations. Le roller et la danse sportive sont, par exemple, au programme, comme plusieurs compétitions mixtes, hommes et femmes. Par ailleurs, la cérémonie d’ouverture sera organisée en plein centre ville de Buenos Aires, et non pas dans un stade. Justement, les dirigeants de Paris 2024 recherchent tout ce qui peut permettre aux Jeux de sortir des sites de sport.