La FF Golf regarde déjà l’après Ryder Cup

Golf

Tiger Woods n’a pas encore foulé le green du Golf National pour la Ryder Cup que déjà les dirigeants de la Fédération française de golf (FFG) ont le regard porté sur l’après. L’événement, qui débutera officiellement vendredi 28 septembre, est le point final de dix années de travail. Ce sera surtout le signal de départ pour une nouvelle ère.

«La Ryder Cup, c’est une montagne qui se dresse devant nous, c’est aussi un héritage positif que nous devons laisser, confirme Jean-Lou Charon, président de la FFG. La Ryder Cup doit ouvrir l’accessibilité de notre pratique.» Pour cela, l’instance sportive va s’appuyer sur les petites structures installées en milieu urbain.

La Fédération prévoyait d’ouvrir 100 de ces sites avant d’ici la Ryder Cup. Il y en aura finalement… 98. «C’était l’un de nos objectifs majeurs, explique Pascal Grizot, directeur de la Ryder Cup et satisfait de ces chiffres. Ces petites structures nous ont permis de gagner 17 000 licenciés. On va maintenant viser 150 équipements rapidement. Il faut réduire les freins, les coûts et aller vers les nouvelles pratiques avec des formats de jeux plus courts.»

En visant une nouvelle population, et une progression de ses licenciés, la Fédération français espère aussi multiplier les chances de trouver le champion de demain, celui qui manque cruellement au golf français. Aucun joueur français ne figure dans l’équipe européenne de la Ryder Cup en France. L’édition 2018 sera donc chargée de faire naître des vocations.


Les championnats du monde en 2022

Après la Ryder Cup, les dirigeants de la Fédération française de golf ne vont pas se reposer sur leurs lauriers. Ils se plongeront quasiment immédiatement dans l’organisation des championnats du monde qui seront organisés sur le golf de Saint-Nom-la-Bretêche en 2022. La compétition, baptisée Eisenhower Trophy, est moins prestigieuse, mais tout aussi complexe à mettre en place. «Nous ne voulions pas laisser retomber le soufflé, explique Pascal Grizot, le directeur de la Ryder cup. Cette candidature nous a aussi permis de constater que la place de la France à l’international avait bien évolué : les trois autres candidatures ont préféré se retirer