La fièvre olympique s’est emparée de Lausanne

Lausanne, capitale olympique, attendait ses Jeux. Les JOJ (Jeux olympiques de la jeunesse) d’hiver que la cité suisse accueille du 9 au 22 janvier ont débuté sous de bons augures. La cérémonie d’ouverture, jeudi 9 janvier, a réuni 160.000 téléspectateurs sur TSR, la chaîne couvrant la Suisse romande. Un bon score. A la patinoire de Lausanne où se déroulait l’événement, les 7.900 places s’étaient écoulées en 2 heures. Sur les sites de compétition, les billets d’entrée, gratuits, s’arrachent : la patinoire où se dispute le hockey-sur-glace, très populaire ici, et le patinage artistique, enregistrent plus de 130.000 réservations.

Mais, c’est dans les rues du centre-ville de Lausanne que se mesure le succès populaire de l’événement. La Mairie y a déployé de très nombreuses animations. Samedi 11 janvier, il y avait foule Place du Flon, en plein cœur de la cité suisse où 18 sports peuvent être pratiqués et testés gratuitement : luge (sur roulettes), curling, patinage avec une patinoire synthétique, saut à ski grâce à un petit tremplin d’initiation réservé aux tous-petits… Même une piste de descente a été installée dans une rue commerçante, une pente de 200 mètres sur un revêtement synthétique.

Du Parkour, du kart électrique et du Nzango

Jeux olympiques de la jeunesse obligent, Lausanne s’est aussi tourné vers des disciplines plus « modernes » comme le Big-Air où les athlètes free-style exécutent des sauts très spectaculaires devant un public familial. Les disciplines d’hiver voisinent également avec les sports urbains, ceux invités aux prochains Jeux d’été, le skateboard et l’escalade notamment, et peut-être les futurs comme le parkour qui frappe à la porte des J.O. Présent aussi, le kart électrique qui a été discipline de démonstration lors des JOJ d’été 2018 à Buenos-Aires (Argentine). A Lausanne, l’animation est signée par le constructeur français Sodikart.

Baptisé Lausanne en Jeux, ce programme se complète avec des activités culturelles, un festival de films de sport, plusieurs expositions, notamment autour des jeux vidéo, des initiations au yoga tibétain ou au Nzango (un sport originaire du Congo), et des concerts de musique où se côtoient artistes renommés et étudiants vaudois présentant leurs compositions originales. D’ailleurs, à Lausanne 2020, tout est fait main : la musique officielle a ainsi été composée par les jeunes de l’école de musique et la mascotte a été dessinée par ceux de l’école de design.

Enfin, les marques ne sont pas loin. Coca-Cola, qui parraine les soirées DJ, est très présent dans les animations de centre-ville. Samsung a préféré s’installer sur les sites, notamment devant la patinoire où se retrouvent d’autres pavillons, tous ouverts gratuitement au public et présentant différentes activations : ECA, une assurance locale, les hautes écoles lausannoises, dont l’université et polytechnique en tête, et enfin le Comité international olympique. Dans la Vallée de Joux, où se disputent les épreuves de ski de fonds, c’est Omega qui présente une exposition sur l’histoire du chronométrage sportif. Avec tout ça, les spectateurs ne devront pas oublier d’aller encourager les jeunes athlètes.

© SportBusiness.Club Janvier 2020

1 Rétrolien / Ping

  1. JOJ Lausanne 2020 : les chiffres clés | SportBusiness.Club

Les commentaires sont fermés.