L’esport dans le court des grands à Roland Garros

La deuxième édition du tournoi esport de Roland-Garros, les eSeries by BNP Paribas, s’offre cette année une finale royale, sur l’écran géant d’un court du stade parisien de la Porte d’Auteuil, le jour même de la grande finale homme, dimanche 9 juin. Une véritable reconnaissance pour cette compétition qui l’an passé était passée une peu inaperçue avec une finale disputée en catimini dans le restaurant de Roland-Garros.

Cette année, l’événement, qui se dispute toujours sur le jeu développé par Bigben, Tennis World Tour, couvre dix pays, deux de plus qu’en 2018 : France, Allemagne, Espagne, Grande-Bretagne, Italie, Belgique, Etats-Unis, Brésil, Chine et Inde. La première phase, celle de qualification, a déjà débuté. Elle se joue en ligne. Les huit meilleurs se retrouveront pour une confrontation en réel. En France ce sera le 19 mai lors du tournoi de Lyon. En Italie c’est le tournoi de Rome qui a été choisi et ailleurs quelques fois en marge des matchs de Fed Cup. Des compétitions parrainées par BNP Paribas.

Les finalistes des dix pays seront ensuite invités à Paris pour la grande finale. Mais ils seront douze le 9 juin car deux autres joueurs les rejoindront : un licencié FFT (Fédération française de tennis) et un de la communauté We Are Tennis, qualifiés tous deux via un tournoi en-ligne. Le vainqueur des Roland-Garros eSeries by BNP Paribas empochera une prime de 5.000 euros. Certes, c’est loin des 2,3 millions promis au gagnant du tournoi “réel”, mais les joueurs esports auront eux l’avantage d’évoluer (virtuellement) sur un court central Philippe Chatrier couvert, alors que le vrai ne le sera que l’an prochain.

© SportBusiness.Club. Mars 2019.