«La Moto GP sera un pilier de Canal+ !»

Johann Zarco devant sa KTM.

L’interview du samedi. Maxime Saada est le président du groupe Canal+ qui retransmet à partir de cette année les Grand Prix Moto GP, jusqu’alors diffusés par Eurosport. Le patron de Canal+ est persuadé que la moto va faire un carton sur ses antennes, à l’instar de la Formule 1 dont il détient les droits également. Il confie que le groupe a réfléchi à la création d’une chaîne consacrée aux sports mécanique. Le projet n’est pas enterré.

Vous affirmez que la Moto GP va devenir un pilier de la programmation sportive de Canal+. Pourquoi ?

Maxime Saada : «Quand nous avons récupéré la Formule 1 en exclusivité c’était un vrai pari. A l’époque, nous basculions l’ensemble de cette compétition diffusée du clair [TF1] sur le payant. Nous avions tablé sur le fait que nos abonnés allaient nous suivre et que nous pouvions en conquérir de nouveaux. En deux cycles, puisque l’on a renouvelé ces droits, nous avons fait la démonstration que la Formule 1 était devenue pour nous un vrai pilier : 30% de nos abonnés suivent le championnat, l’audience augmente de 20% chaque année, 700.000 abonnés en moyenne regardent les courses, alors même que l’on en co-diffuse maintenant quatre avec TF1 en clair. L’explication c’est que les équipes éditoriales de Canal+ ont révolutionné la manière de couvrir la F1 avec des caméras placées là où il n’y en avait pas, une immersion maximale, de l’expertise, la présence sur le terrain avec les pilotes… Nous voulons reproduire cela sur la Moto GP. Toutes les conditions sont réunies pour pouvoir le faire : nous avons des champions français, des compétitions denses, des machines impressionnantes et terrifiantes. Tous les éléments sont réunis. Nous sommes persuadés de toucher un public très important. D’où cette notion de pilier car, d’une part, nous allons consacrer à la Moto GP énormément de moyens et, d’autre part, cette discipline va rassembler un très large public.»

Le bassin de téléspectateurs intéressés par la moto de compétition est-il suffisamment large ?

M.S. : «Nous n’avons pas encore fait la démonstration à la télévision que la Moto GP peut être un divertissement spectaculaire, y compris auprès de gens comme moi qui ne pratiquent pas la moto. On ne peut être que très impressionné par ces champions qui sont quasiment à même le sol à une vitesse affolante. C’est un très très beau spectacle et très impressionnant

Un chaîne de sports mécaniques

Le public de la moto est-il différent de celui de la Formule 1 ?

M.S. : «Ce sera la première fois que nous diffusons de la moto sur Canal+, du coup nous n’avons pas d’éléments factuels précis et quantitatifs pour juger cela. Ce que nous savons d’expérience c’est qu’une grande partie des gens qui aime la F1 aime aussi la moto. Nous tablons évidemment sur ce public mais aussi sur les fans de motos qui ne regardent pas la F1 et également sur tous ceux qui ne regardent ni l’un ni l’autre mais qui viendront. Avec ces trois populations cela peut faire beaucoup de monde au global.»

Maxime Saada, Canal+

Canal+ diffuse la Formule 1, la Formule E, le championnat du monde des rallyes et maintenant la Moto GP. Le groupe envisage-t-il la création d’une chaîne consacrée aux sports mécaniques ?

M.S.: «Nous avons effectivement étudié ce projet, mais je pense qu’il est un peu tôt aujourd’hui pour prendre cette décision. Ce qui est certain c’est que les sports mécaniques, à l’image de ce que nous avons fait sur le golf avec Golf+, peuvent rassembler beaucoup de gens autour des différentes compétitions. Potentiellement, c’est possible que le groupe donne naissance à une chaîne comme celle-ci, mais à ce jour ce n’est pas une décision que nous avons prise.»

© SportBusiness.Club