La voile prend de l’assurance

Sponsoring

L'Imoca SMA au départ de la Transat Jacques Vabre 2017

Macif, SMA, Matmut, Groupama, Generali, MACSF… les mutuelles et sociétés d’assurances raffolent de la voile. Samedi 4 novembre, François Gabart s’apprête à s’élancer pour une tentative de record du Tour monde en solitaire sur le maxi-trimaran Macif. Le lendemain, au Havre, la flotte de la Transat Jacques Vabre comprendra Generali, Gras Savoye SMA et Carac, quatre mutuelles.

«Il n’y a rien d’anormal à voir autant de sociétés d’assurances dans la voile car il y a des valeurs communes entre la discipline et notre métier, en particulier la gestion de la prise de risques, ce que l’on ne rencontre pas autant dans d’autres sports», commente Annabelle Grandjean, directrice de la communication de SMA (voir l’interview vidéo ci-dessous). La mutuelle, spécialisée dans les métiers du BTP, est associée depuis trois ans au navigateur Paul Meilhat. En équipe avec Gwénolé Gahinet, il compte parmi les favoris et peut emmener le monocoque Imoca SMA à la victoire dans cette Transat Jacques Vabre.

Une notoriété qui bondit de 30%

Le Class 40 de Carac (Photo Christophe Breschi)

Arrivé dans la voile via la classe Figaro, SMA a rapidement étoffé ses ambitions jusqu’à engager son skipper fin 2016 dans l’épreuve reine, le Vendée Globe, la course autour du monde en solitaire. Malgré un abandon aux trois-quarts de la course, et alors qu’il pointait à la troisième place, Paul Meilhat a comblé de bonheur son sponsor. «La notoriété assisté de SMA a gagné 30%, pour atteindre 26%, indique Annabelle Grandjean. Et nous avons aussi eu accès à des médias grand public, notamment la télé».

Pour Carac, une mutuelle d’épargne, la Transat Jacques Vabre est une plus vieille histoire. Il s’agira de la troisième édition en Class 40, des monocoques de 40 pieds. «C’est le skipper Louis Duc qui est venu nous voir pour l’édition 2013, et nous avons trouvé beaucoup de corrélations entre notre métier et la voile, explique Stéphane Macé, responsable marketing de Carac. Il y a beaucoup de solidarité dans la voile, et cela correspond à notre idée d’épargne solidaire».

Chacun a son histoire à raconter

La voile, c’est aussi pour Carac l’assurance de retombées médias importantes. «Sur l’édition 2015 de la Transat Jacques Vabre, notre retour sur investissement a été évalué à près de trois fois notre engagement financier», précise Stéphane Macé. L’investissement de Carac dans ce programme de sponsoring s’élève à 250 000 euros. «La voile nous permet aussi de parler au plus grand nombre, et c’est un sport incarné humainement, par un skipper», ajoute le dirigeant de Carac.

Malgré le départ annoncé de Groupama, il y a un peu d’embouteillage dans la voile pour les marques de mutuelles. «Ce n’est pas un problème car on a tous des histoires différentes à raconter, rétorque Annabelle Grandjean de SMA. C’est même un effet d’aubaine pour nous de nous retrouver dans un même sport que Macif, par exemple. Ca a d’ailleurs été un élément du choix de la voile pour notre communication». La concurrence a parfois du bon.

 

1 Rétrolien / Ping

  1. Maif s’assure l’image du skipper Jean Galfione – SportBusiness.Club

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*