Le basket français en mode séduction

Clubs de basket français en bonne santé et rentables cherche riches investisseurs afin de poursuivre leur développement. Alain Béral ne publiera sans doute jamais cette annonce, mais le message du président de la Ligue nationale de basket-ball (LNB) est plutôt clair. «Oui, le bilan financier positif du basket-ball professionnel français est un appel aux investisseurs, affirme-t-il. Aujourd’hui, les clubs de basket français montrent que l’on peut du sport sans perdre de l’argent

Lors de la saison 2017-2018, les clubs de la Jeep Elite ont laissé un résultat net positif après impôts de 192 000 euros, contre une perte de 212 000 euros la saison précédente. «Des résultats nets individuels des clubs se situant globalement entre -167 K€ et 305 K€, excepté un club qui se démarque par un résultat net de -902 K€ (Hyères-Toulon Var Basket)», indique le rapport de la Direction Nationale du Conseil et du Contrôle de Gestion des Clubs Professionnels (DNCCGCP).

Droits TV : 4% des ressources des clubs

«Le basket pro français maîtrise son développement grâce à un équilibre des ressources, commente Philippe Ausseur, président de la DNCCGCP. C’est le moment rêvé pour faire venir les investisseurs.» Très concrètement, les recettes cumulées des clubs de la Jeep Elite ont atteint 93,3 millions d’euros pour la saison 2017-2018, en augmentation de 4%. En moyenne, les partenariats privés représentent près de la moitié (49%) des ressources des clubs de l’élite, devant les subventions (20%) et la billetterie. Certaines équipes font beaucoup mieux en matière de sponsoring, comme Monaco (79%), Dijon (64%) ou Nanterre 92 (63%).

Les droits TV sont réduits à la partie congrues pour les clubs de basket français, soit 4%, quand ils atteignent 50% pour les clubs de football de Ligue 1 en football et 20% pour ceux de rugby du Top 14. La LNB reçoit 10 millions d’euros par saison pour les droits audiovisuels du championnat. Ils sont vendus à RMC Sport (Altice) jusqu’au printemps 2020. «Oui, nous sommes loin derrière le football et le rugby, mais la ligue française de basket est la première en Europe, précise Alain Béral. Aujourd’hui on travaille pour avoir plus de visibilité.» Un souhait qui pourrait passer par plus de matchs sur les antennes de RMC Sport ou une diffusion complémentaire sur d’autres plateformes. Etre plus visible et donc plus séduisant encore.

© SportBusiness.Club. Janvier 2019.


Le basket français vaut 130 millions

En cumulant les revenus des deux championnats, la Jeep Elite et la Pro B, qui n’a pas encore de partenaire titre, le basket-ball professionnel français représente un volume d’activité direct de 132 millions d’euros.


Les chiffres clés du basket-ball pro français

  • Recettes de la Jeep Elite : 93,264 millions d’euros (+4%)
    • Sponsors : 49%
    • Subventions d’exploitation : 20%
    • Recettes de matchs : 17%
    • Droits TV : 4%
    • Reprises sur amortissements : 4%
    • Autres produits : 6%
  • Salaire moyen : 11 426 euros
  • Recettes de la Pro B : 38,884 millions d’euros (+6%)
    • Sponsors : 41%
    • Subventions d’exploitation : 34%
    • Recettes de matchs : 14%
    • Droits TV : 2%
    • Reprises sur amortissements : 4%
    • Autres produits : 4%
  • Salaire moyen : 5 004 euros

 

Budget de la Ligue nationale de basket-ball

  • 2018/2019 : 18,644 millions d’euros
    • Droits TV : 54%
    • Marketing : 14%
    • Clubs : 22%
    • Autres : 10%
  • 2017/2018 : 17,760 millions d’euros
    • Droits TV : 57%
    • Marketing : 9%
    • Clubs : 23%
    • Autres : 11%
  • 2016/2017 : 15,789 millions d’euros
  • 2015/2016 : 115,557 millions d’euros
  • 2014/2015 : 11,572 millions d’euros
  • 2013/2014 : 10,400 millions d’euros
  • 2012/2013 : 9,584 millions d’euros
  • 2011/2012  7,702 millions d’euros

Sources : Ligue nationale de basket-ball