Le comité paralympique prépare la relève de 2024

Les Jeux paralympiques de Paris c’est dans exactement 2024 jours. A cette occasion, le Comité Paralympique et Sportif Français (CPSF) lance une vaste opération de détection. Objectif : dénicher les champions handisport de demain, ceux des Jeux de 2024. Baptisée La Relève, cette campagne de communication s’avère nécessaire pour un mouvement sportif où subsistent beaucoup de freins à la pratique.

«Notre problématique est double, explique Marie-Amélie Le Fur, désignée récemment présidente du CPSF. Il s’agit, d’une part, de détecter de nouveaux publics qui ne pratiquent pas le sport en compétition et, d’autre part, pour ceux qui sont déjà sportifs, les aider à les orienter, éventuellement, vers la meilleure discipline pour eux.»

Le programme La Relève est une série de dix tests à réaliser dans des sites sportifs adaptés. Cinq rendez-vous ont été fixés en 2019 : Toulon (mardi 26 mars), Vichy (samedi 30 mars et mercredi 3 avril), Bordeaux (samedi 4 mai 2019), Paris (samedi 11 mai 2019), Montpellier (samedi 15 juin). «Le but de l’opération est bien de trouver des compétiteurs capables d’intégrer le haut niveau, pas de développer la pratique sportive,» précise Marie-Amélie Le Fur, elle-même athlète de haut niveau.

Des ambassadeurs connus par le grand-public

Pour porter cette campagne, le CPSF s’appuie sur un réseau d’ambassadeurs, des champions dont la renommée a dépassé le cadre du mouvement handisport, notamment Arnaud Assoumani, Théo Curin, Michaël Jérémiasz ou Gwladys Lemoussu. «Nous avons cette chance de bénéficier de ces personnalités médiatiques dont les performances peuvent faire naître des vocations», se réjouit Marie-Amélie Le Fur.

«Nous ne nous sommes pas fixés un objectif chiffré car le but n’est pas un recrutement en nombre mais un recrutement de qualité, poursuit la présidente du CPSF. Nous sommes à moins de six ans des jeux et il est encore temps de trouver nos nouveaux champions de 2024. Nous allons même poursuivre cette détection l’année prochaine car cette opération est un test pour nous.»

© SportBusiness.Club. Février 2019


Le comité paralympique français reprend la parole

Ce n’est pas une impression : depuis quelques mois le mouvement paralympique français, jusqu’alors assez discret, prend de plus en plus la parole. L’opération La Relève est l’exemple de cette stratégie qui se met en place en parallèle de la nomination d’une nouvelle présidente, Marie-Amélie Le Fur, elle-même athlète de haut-niveau encore en activité. «Oui, c’est vrai, nous voulons être plus présents, mais je n’ai aucun mérite car cette stratégie a été initiée par ma prédécesseur, Emmanuelle Assmann, qui a beaucoup travaillé en amont, précise Marie-Amélie Le Fur. Je récolte aujourd’hui les fruits de ce qui a été semé par elle et l’équipe du CPSF qui est restée identique depuis.» La nouvelle présidente du Comité Paralympique et Sportif Français est devenue un porte-drapeau efficace pour son institution : «Nous avons aussi beaucoup besoin de relais dans les médias, poursuit-elle. La médiatisation de l’handisport a beaucoup augmenté, et c’est bien, mais il faut que le mouvement existe entre les Jeux. A nous d’être plus constants.»