Eurosport investit Roland-Garros

Short interdit ! Chez Eurosport, on ne plaisante pas avec les tenues des consultants, même à Roland-Garros où l’atmosphère est traditionnellement décontractée. Tenue casual chic exigée pour les hommes, avec pantalon. Les femmes, elles, disposent d’une vingtaine de tenues. C’est le cas de Marion Bartoli qui profite durant la quinzaine de robes de créateurs. «Nous avons une styliste qui a négocié le prêt de vêtements,» explique Géraldine Pons, directrice du sport à Eurosport France.

La petite pièce faisant office de garde-robe se situe au centre des 200 mètres carrés de bureaux occupés par Eurosport sur le stade de la Porte d’Auteuil. La chaîne du groupe Discovery est installée sur deux étages dans ces bâtiments provisoires où se côtoient les chaînes du monde entier durant la quinzaine du tournoi de tennis. «Nos deux plateaux donnent sur l’Est et le soleil ne nous gêne que le matin, indique Pieter Bas Van der Slint, le patron de la production pour Eurosport à Roland-Garros. L’après-midi, ce sont les Japonais, installés à l’opposé de nous, qui ont le soleil. » Question gestion de la lumière, c’est plus compliqué pour eux.

En télé, tous les détails comptent. A l’Australian Open ou sur l’US Open, les studios d’Eurosport donnent sur le public. «Du coup, on a toujours quelques personnes qui tentent de faire “coucou”,» poursuit le responsable. A Paris, les installations plongent sur les courts annexes 5 et 6 en terre battue : plus calme et plus typique du French Open.

Sept cabines commentateurs

Dans cette ruche vivent et travaillent les 162 personnes accréditées durant la durée de Roland-Garros. L’anglais y est langue officielle car le hub Eurosport est le cœur du dispositif de la chaîne paneuropéenne qui distribue les images du tournoi dans une cinquantaine de territoires. «Nous assurons ici la production pour Eurosport international, mais aussi pour la Russie, l’Allemagne et, bien-sûr, la France qui bénéficient de réalisations propres,» détaille Géraldine Pons.

Jouant à domicile, la filiale française est un peu mieux lotie que ses cousines. Sur les sept cabines de commentateurs réservées par la chaîne, les journalistes d’Eurosport France en profitent de deux : l’une sur le court central, l’autre sur le Simonne-Mathieu. Ils bénéficient aussi du studio d’Issy-les-Moulineaux, à une poignée de kilomètres de là, au siège de la télé. «Le traitement est commun et réalisé par le hub, mais éditorialement, nous avons beaucoup de liberté, confie Géraldine Pons. Ainsi, comme les Français sont plus bavards, nous avons beaucoup plus de magazines que les autres antennes.» Des shows où il faut être habillés correctement.

© SportBusiness.Club. Mai 2019