Le hand féminin cherche son partenaire

Elles ont été les premières à la maison. Les joueuses de la Ligue féminine de handball (LFH) ont essuyé les plâtres de la Maison du handball à Créteil (Val de Marne) ouverte depuis juste une semaine. Un symbole pour Joël Delplanque, le président de la Fédération française, ravi d’accueillir la conférence de presse de rentrée de ses handballeuses lundi 27 août : «Tout n’est pas encore prêt, d’ailleurs il faudrait régler la climatisation, précise t-il d’entrée un brin amusé. Je suis très heureux, car c’est un challenge et une manière pour la fédération de célébrer les dix ans de la ligue féminine.»

La priorité de cette première décennie a été de construire le handball pro féminin en France. La nouvelle sera celle du développement économique pour les dirigeants de la LFH. «C’est une nécessité pour survivre et être le plus autonome, confirme Nodjialem Myaro, présidente de la Ligue. Le handball féminin a beaucoup progressé, mais le potentiel reste encore important

Le championnat des championnes du monde

La LFH compte aider les clubs à encore mieux se structurer, notamment autour des aspects marketing. «L’objectif est de soutenir les clubs dans la construction d’une identité forte et la création d’un bon produit à vendre», précise Nodjialem Myaro. (Voir l’interview vidéo de la présidente de la LFH plus bas)

La ligue féminine compte aussi trouver un partenaire pour son championnat, à l’instar des garçons où l’enseigne Lidl s’est offert le naming du championnat de France. Pour séduire de potentielles marques, la LFH et les clubs français espèrent s’appuyer sur l’exposition média que générera l’Euro féminin organisé en France fin 2018, du 29 novembre au 16 décembre. Les filles du hand comptent aussi sur un autre atout, car, comme au football, «le championnat de France de handball féminin c’est aussi celui des championnes du monde», rappelle Nodjialem Myaro avec une certaine malice.


Panorama économique des clubs féminins de handball

Saison 2018/19

  • Budget consolidé 12 clubs : 23,666 millions d’euros
    • Subventions collectivités : 35%
    • Partenariats : 29%
    • Billetterie : 13%
    • Autres : 23%
  • Masse salariale : 14,088 millions d’euros
  • Nombre de joueuses : 149
  • Salaire moyen (brut mensuel) : 2.883 €
  • Plus haut salaire (brut mensuel) : 10.360 €

Saison 2008/09

  • Budget consolidé 10 clubs : 9,725 millions d’euros
    • Subventions collectivités : 65%
    • Partenariats : 21%
    • Billetterie : 2%
    • Autres : 12%
  • Masse salariale : 6,774 millions d’euros
  • Nombre de joueuses : 107
  • Salaire moyen (brut mensuel) : 2.000 €
  • Plus haut salaire (brut mensuel) : 4.220 €

Source : Média Guide LFH 2018/019


Budgets des clubs de D1 féminine

  • Entente Sportive Besançon : 1,5 M€
  • Bourg-de-Péage Drôme Handball : 1,4 M€
  • Brest Bretagne Handball : 4,9 M€
  • Chambray Touraine Handball : 1,5 M€
  • JDA Dijon Handball : 1,4 M€
  • Fleury Loiret Handball : 1,8 M€
  • Metz Handball : 2,7 M€
  • Nantes Atlantique Handball : 1,6 M€
  • OGC Nice Côte d’Azur Handball : 1,2 M€
  • Paris 92 : 1,9 M€
  • Handball Club Saint-Amand Porte du Hainaut : 0,9 M€
  • Toulon Saint-Cyr Var Handball : 2,0 M€

Source : LFH. Budgets prévisionnels. Chiffres arrêtés au 30 juin 2018.


Partenaires de la LFH (2018/2019)

  • Partenaire officiel : FDJ.
  • Diffuseur officiel : Be In Sports
  • Fournisseurs officiels : Select, La Poste.

Bilan de la saison 2017/2018

  • Budget consolidé 12 clubs : 20,5 millions d’euros
  • Nombre de joueuses : 145
    • 24 nationalités représentées
  • Salaire moyen (brut mensuel) : 2.690 €
  • >270.000 spectateurs
    • Record journée : 16.455
    • Capacité moyenne des salles : 2.615
  • 46 retransmissions de matchs à la télé
  • «1re Ligue féminine sportive sur les réseaux sociaux»
    • Facebook : 127.299 fans
    • Twitter : 45.249 abonnés
    • Instagram : 45.066 abonnés
  • 5 Clubs en Coupe d’Europe
    • 2 en Ligue des Champions
  • 11 joueuses françaises de clubs LFH championnes du monde
    • 2 dans le « 7 majeurs » du mondial 2017
    • 32 joueuses de clubs LFH sélectionnées aux championnats du monde

Source : Média Guide LFH 2018/019