Le huis clos, nouvelle doctrine du sport

Crise

Le sport risque de sonner creux durant un certain temps. «Le huis clos peut devenir notre doctrine d’organisation pour les compétitions et du sport professionnel,» a déclaré Roxana Maracineanu, ministre des Sports, lundi 9 mars. L’ancienne championne de natation réagissait aux mesures annoncées la veille par le Gouvernement dont l’objectif est de réduire la propagation de l’épidémie de coronavirus en France. La principale décision est l’annulation des événements rassemblant plus de 1.000 personnes, en milieu clos ou pas. Une directive que le mouvement sportif reçoit de plein fouet et qui a tout de suite eu des répercussions concrètes.

En football, mercredi soir, le huitième de finale retour de Ligue des Champions entre le Paris Saint-Germain et Dortmund se jouera dans un Parc des Princes fermé aux supporteurs. Ce sera sans doute le cas pour la quasi-totalité des matchs de Ligue 1 et du Top 14 en rugby jusqu’au 15 avril. Au moins. En basket-ball et handball, les ligues professionnelles ont soit reporté des matchs soit demandé aux clubs de s’adapter aux consignes et veiller à ne pas dépasser le millier de personnes présentes. «Les organisateurs devront s’adapter aux nouvelles règles en limitant leurs jauges à 1.000 personnes en comptant les participants, ou alors en préférant le huis clos lorsque celui-ci est rendu possible,» a précisé la ministre.

Privilégier la continuité sportive

Dans ce contexte, quelques compétitions ont été purement annulées. La plupart sont reportées à plus tard, comme en rugby le match France / Irlande comptant pour la dernière journée du Tournoi des Six nations et prévu ce samedi au Stade de France devant 80.000 spectateurs. Il pourrait se disputer… en octobre prochain ! «Ce que je préconise est la continuité sportive notamment pour les compétitions qualificatives aux Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo,» a insisté Roxana Maracineanu.

La ministre des sports se préoccupe également des conséquences de ces mesures de confinement. «J’ai demandé à tous ces organisateurs d’évaluer l’impact de ces décisions sur leur modèle économique,» a-t-elle indiqué. Selon le Paris Saint-Germain, le match à huis clos de mercredi équivaudrait à 6 millions d’euros de manque à gagner. Le Ministère des Sports va également étudier avec les organisateurs les modalités de dédommagement des spectateurs ayant acheté leur billet. En France près de 1.200 personnes sont infectés par le coronavirus qui a déjà causé 21 décès sur le territoire.

© SportBusiness.Club Mars 2020

Mise à jour, mardi 10 mars 2020. Lors d’un point presse, Roxana Maracineanu, ministre des Sports, a précisé que ces mesures de huis clos impacteraient environ 450 événements sportifs en France et près de 2 millions de spectateurs.

Mise à jour, mardi 10 mars 2020. La Ligue de football professionnel s’est prononcée sur la tenue des matchs de Ligue 1 et Ligue 2 à huis clos total jusqu’au 15 avril 2020. Cela concernerait 4 journées.


Le huis clos au bénéfice de RMC Sport ?

Et si RMC Sport était finalement le vainqueur du huis clos imposé par la Préfecture de police de Paris au match Paris Saint-Germain / Dortmund ? La chaîne du groupe Altice détient les droits exclusifs des matchs de Ligue de Champions et sera donc l’unique diffuseur de ce huitième de finale retour. «Cette rencontre était déjà tellement à part, même sans cette actualité, explique Loïc Briley, journaliste à RMC Sport. Ce huis clos ajoute un attrait et multiplie l’intérêt car tout le monde va vouloir ce que cette configuration donne.» Pour autant, le commentateur ne se réjouit pas. Il reconnaît que le huis clos n’est vraiment pas bon pour l’ambiance et le spectacle. «On a l’impression de commenter un entraînement, affirme-t-il. On entend tout, les joueurs, les entraîneurs, les arbitres, les coups donnés dans le ballon… Et même nous en tribune de presse.» Habitués à donner de la voix, voire, parfois, à hurler, les journalistes radio et télé ne passent pas inaperçus dans un stade vide de ses supporteurs. «Le plus difficile est de se mettre dans le match, car notre rôle est de retransmettre les émotions d’une rencontre à nos auditeurs, confie Loïc Briley. Cette phase prend toujours plusieurs minutes lors de matchs à huis clos.»


Et pourquoi pas 50.000 supporteurs… virtuels

Un stade vide et la clameur collective de 50.000 personnes poussant les joueurs de leur équipe vers le but adversaire. Possible ? Oui, grâce l’aréna virtuelle créée par l’agence Ubi Bene à l’automne 2015 (*). A l’époque, l’idée imaginée par le patron de l’agence, Thierry Reboul, désormais directeur de l’événementiel et de la marque chez Paris 2024, était de recréer virtuellement un stade international autour d’un terrain de foot 5 à l’aide de projecteurs vidéo donnant aux joueurs l’illusion optique d’évoluer sur la pelouse d’une enceinte gigantesque, et de 60 haut-parleurs ajoutant une dimension sonore spectaculaire. L’ambiance s’adaptait à l’évolution de la rencontre grâce à un DJ poussant selon les phases de jeu des sifflets, des acclamations, des applaudissements ou des chants de supporteurs. Au Parc des Princes, de puissants haut-parleurs installés dans les tribunes vides pourraient peut-être donner un semblant d’ambiance dans un stade qui a horreur de sonner creux.

(*) Créée pour Adidas avant l’Euro 2016 cette aréna virtuelle avait été présentée à Saint-Denis avant le France / Allemagne amical du 13 novembre 2015 où en soirée le Stade de France et Paris ont été frappés par des attentats meurtriers. L’opération avait alors été annulée et n’a jamais été reconduite.