Le Meeting de Paris dans l’objectif de la télé

Athlétisme

Comme dans le célèbre slogan d’un magasin, il se passe toujours quelque chose en athlétisme. Retransmettre un meeting, comme celui de Paris qui se dispute ce samedi 24 août, n’est pas simple. «En football, pour un match de Ligue des Champions que nous produisons, je dirai qu’il suffit de suivre le ballon et l’action, affirme Faustine Chaze, chargée de production à RMC Sport. En athlétisme ça peut partir dans tous les sens, avec des courses et plusieurs concours se déroulant en même temps. C’est plus compliqué pour rendre compte de tout, mais c’est aussi plus vivant

La chaîne de sport du groupe Altice France, qui diffuse en direct le Meeting de Paris, en produit aussi les images en haute définition. Ce type d’événement sportif nécessite 25 caméras pour le signal international. RMC Sport en ajoute sept pour le flux destiné à la France. «Il s’agit de caméras pour les interviews, précise Faustine Chaze. Deux sont également dédiées pour suivre Renaud Lavillenie et Kevin Meyer.» Les faits et gestes du perchiste et du décathlonien, les deux stars de l’athlétisme français, n’auront pas de secret pour les téléspectateurs.

Deux cars régies d’AMP Visual, le prestataire technique, sont nécessaires : le premier pour l’international, avec Emmanuel Roustit comme réalisateur, le second pour la France, avec Philippe Letourneur aux commandes. D’autres réalisateurs se concentrent exclusivement sur les concours. Au total, ils sont six chargés de raconter en image cette compétition, sans compter leurs équipes notamment les caméramen. «Ce sont des spécialistes aguerris qui connaissent très bien l’athlétisme,» indique Faustine Chaze. L’expérience compte pour appréhender les gestes des athlètes… ou éviter un javelot en cas de mauvais placement.

Pas de drone !

«A l’antenne, la priorité est donnée aux courses, indique Faustine Chaze. Les images des concours sont enregistrées et retransmises aussitôt après, avec un léger décalage. Bien-sûr, lors d’une course de demi-fond, plus longue, le réalisateur peut aussi basculer sur un saut ou un lancé s’il juge que celui-ci est important.» Ce sera certainement le cas pour les essais à la perche de Renaud Lavillenie.

Les frais de production sont contractuellement à la charge de RMC Sport. Selon les informations de SportBusiness.Club, le coût pour un meeting Diamond League comme celui de Paris s’élèverait à près de 150.000 euros. Une réunion d’athlétisme de moindre importance demande moins de frais : environ 50.000 euros. La facture peut gonfler en fonction des choix techniques, comme l’utilisation de la 4K. A Paris, RMC Sport a décidé d’installer une caméra sur un rail pour suivre les sprints dans la dernière ligne droite. En revanche, la chaîne ne profitera pas des images d’un drone. La Préfecture de Police de Paris en a interdit son utilisation. Dommage, car le nouvel anneau bleu de Charlety vu du ciel aurait eu de l’allure.

© SportBusiness.Club. Août 2019

Faustine Chaze, RMC Sport