Le Meeting féminin vitrine du sport pour le Val d’Oise

Marie-Amélie Le Fur (Comité Paralympique), Marie-Evelyne Christin (Val d'Oise), Ninon Guillon-Romarin (athlète), Eloyse Lesueur (athlète).

Même pas peur de Manchester/Paris Saint-Germain. Mardi soir, à Eaubonne le Meeting féminin du Val d’Oise sera en concurrence avec le huitième de finale de la Ligue des champions de football. Tant pis. Le rendez-vous ne craint pas la concurrence. Comme les années précédentes il devrait afficher complet.

«L’entrée est gratuite, mais nous avons été obligés de passer par un système de réservation pour ne pas refuser du monde, confie Marie-Evelyne Christin vice-présidente déléguée au sport et à la jeunesse au Conseil départemental du Val d’Oise. Les 1.200 places du CDFAS (Centre Départemental de Formation et d’Animation Sportives) seront occupées pour voir évoluer plusieurs des meilleures athlètes françaises et européennes.

Propriétaire des lieux et de l’événement, le département a décidé de faire significativement progresser le budget du meeting : il est passé de 160.000 à plus de 200.000 euros cette année. «La subvention du département s’élève à 55.000 euros et nous avons fortement augmenté le volet communication avec un investissement de 89.000 euros, précise l’élue. Les partenaires privés apportent 50.000 euros.» Dont le Crédit Mutuel nouvellement venu en 2019.

Paris 2024 dans le viseur

«Cet événement sportif permet au département de rayonner à l’extérieur de ses frontières,» indique Marie-Evelyne Christin. En plus de la diffusion sur la chaîne payante RMC Sport (en différé mercredi 3 février à 13h30), le meeting bénéficiera dimanche 17 février d’une retransmission sur RMC Story, en clair et en prime-time ! Une belle exposition média, même à l’international.

Le département du Val d’Oise s’est fixé deux autres objectifs autour de ce meeting d’athlétisme féminin. «Il y a, d’une part, le développement de la pratique sportive chez les femmes, indique la chargée des sports. Elles ne représentent que 23% des licenciés dans nos clubs contre 37% au niveau national. Nous devons rattraper notre retard.»

Le second objectif est de mettre en avant le CDFAS, ce complexe omnisports de haut niveau proche des futurs sites des Jeux de Paris 2024. «L’échéance olympique est un véritable enjeu pour nous, affirme Marie-Evelyne Christin. Nous avons, avec l’ensemble des communes, dressé l’inventaire de tous les sites sportifs du département. Nous aurons 7 ou 8 candidatures pour l’obtention du label Paris 2024 afin d’accueillir officiellement des équipes et sportifs avant et pendant les Jeux.» Le Meeting féminin du Val d’Oise en est la meilleure des têtes de gondole.

© SportBusiness.Club. Février 2019


Une fondation pour le sport

Le Conseil départemental du Val d’Oise devrait bientôt acter la création d’une fondation destinée à aider les sportifs du département. Le vote est prévue fin février et ce fonds, placé sous l’égide de la Fondation du sport, devrait être financé par des mécènes privés. «Nous anticipons la baisse des moyens financiers des collectivités publiques, explique Marie-Evelyne Christin vice-présidente déléguée au sport et à la jeunesse au Conseil départemental. Il existe des fondations dans le milieu de la culture, alors pourquoi cela ne fonctionnerait pas dans le sport ?»

 

1 Rétrolien / Ping

  1. Crédit Mutuel élargit sa partition à l'athlétisme | SportBusiness.Club

Les commentaires sont fermés.