Le numérique est l’avenir du sport

Droits TV, billetterie, sponsoring. Les trois principaux piliers du modèle économique du sport seront encore là ces prochaines. Toutefois, dans chacun de ces domaines, le numérique sera un important levier de progression affirme un rapport baptisé Show Me the Money et rédigé par Tata Communications. L’entreprise indienne a recueilli les expériences de plusieurs professionnels, organisateurs (Formule 1, MotoGP…) ou diffuseurs (DAZN…).

«2019 peut être un tournant majeur pour le milieu du sport, explique Mehul Kapadia, directeur marketing de Tata Communications. Les technologies numériques lancent une nouvelle ère d’engagement auprès des fans. Il est également important de rappeler que les technologies numériques sont des amies, et non des ennemies, de l’expérience en direct.»

L’athlète, héros de son sport, restera toujours au cœur des stratégies de développement. Mais le numérique aura un effet démultiplicateur. «Le sport professionnel n’existe pas sans ses étoiles, confirme Tom Sammes, Senior Strategy Manager de l’European Tour de golf. Le numérique nous offre la possibilité de créer des stars véritablement mondiales. Il permet également de pénétrer de nouveaux marchés en s’appuyant sur des acteurs locaux plus jeunes». C’est le cas par exemple en golf avec l’espoir chinois Haotong Li.

Faire évoluer les plateformes de diffusion

Le numérique bouscule aussi la diffusion du sport. Et cela ne risque pas de s’arrêter en raison des arrivées de nouveaux acteurs, comme le britannique DAZN. ««Les Millennials sont notre premier public, ce qui nous distingue des diffuseurs traditionnels dont l’approche en terme d’audience est plus large, indique Marcus Parnwell, directeur des produits au sein de la plateforme de streaming. Notre offre est populaire parmi les jeunes téléspectateurs car ils ne veulent pas payer un abonnement cher ni être liés à un appareil. Ils veulent la liberté de regarder et de payer comme ils le souhaitent.»

Attention tout de même à ne pas faire du copier-coller des offres traditionnelles. «De nombreux décideurs de l’industrie du sport voient dans le numérique une plateforme marketing plutôt qu’un moyen de fournir un contenu et des expériences de qualité, observe Frank Arthofer, responsable du numérique de la Formule 1. Au contraire, nous estimons que la direction à prendre consiste à faire évoluer les offres existantes, telles que les sites Web ou les médias sociaux, vers des plateformes de contenus destinés aux fans et en faire un lieu afin que les marques partenaires s’intègrent de manière authentique aux récits.»

Le rapport Show Me the Money de Tata Communications est disponible en téléchargement.

© SportBusiness.Club. Janvier 2019.