Le sport féminin engagé dans un cercle vertueux

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) fait, mardi 5 février, un point sur la médiatisation du sport féminin dans les médias. Le mouvement sportif français espère que la Coupe du monde de football féminin disputée en France cette année (7 juin au 7 juillet) sera un levier supplémentaire pour le développement de l’exposition des sports féminins et la pratique chez les femmes. «Les retombées devront aussi profiter à tous les autres sports», a expliqué Roxana Maracineanu lors d’une récente réunion de la Conférence permanente du sport féminin.

«Pour obtenir des résultats et avoir des sportives plus performantes il faut à la base un bassin important de pratiquantes, a précisé la ministre. Le sport féminin sera médiatisé s’il y des résultats sportifs, mais c’est déjà le cas. Maintenant, le fait d’avoir 49% de femmes dans les pratiques libres et seulement 35% dans les clubs, c’est-à-dire dans une pratique encadrée, pose un problème : les clubs offrent-ils une bonne proposition pour cette population ?»

Les membres de la Conférence permanente du sport féminin notent le manque d’infrastructures comme des vestiaires sur certains sites. La difficulté d’accessibilité pour des femmes aux postes de responsabilité dans les instances sportives, clubs et fédérations, est également pointée du doigt.

Les droits TV du mondial féminin ont explosé

Pour Vincent Chaudel, expert en économie du sport, l’exposition du sport féminin dans les médias passe aussi par une meilleure utilisation des réseaux sociaux. «Il faut accompagner les sportives, car il n’y a pas de réelles stars des réseaux sociaux comme c’est le cas pour les hommes, explique-t-il. Et puis, que font les médias féminins dans la couverture du sport féminin ou des sportives ? Je vous assure que lorsque que cette communauté rassemblera dix millions de fans, les sponsors et les médias s’y intéresseront.»

Le sport féminin est toutefois engagé dans un cercle vertueux. Vice-présidente déléguée de la Fédération française de football, Brigitte Henriques, a rappelé qu’en France les droits TV de la Coupe du monde féminine sont passés de 850.000 euros pour l’édition 2015, versés par W9 et le groupe M6, à 12 millions pour celle de 2019, payés par le groupe TF1.

© SportBusiness.Club. Février 2019.

1 Rétrolien / Ping

  1. Coupe du monde féminine 2019 : les tarifs de TF1 | SportBusiness.Club

Les commentaires sont fermés.