Le sport français infecté par le coronavirus

Evénementiel

© ASO/A.Vialatte

La France est passée au stade 2 et ce n’est pas en référence au célèbre magazine sportif de France Télévisions. Face à plus de 130 personnes infectés par le coronavirus (Covid-19) dans le pays, le gouvernement a décidé samedi 29 février d’annuler “tous les rassemblements de plus de 5.000 personnes en milieu confinés.” Des concerts, des colloques, salons ou carnavals ont ainsi été aussitôt interdits par les préfectures. Le sport ne passe pas au travers de cette mesure : le semi-marathon de Paris, qui, dimanche 1er mars, devait réunir 44.000 personnes, a été annulé. La course se déroulait pourtant en extérieur, mais c’est la promiscuité des coureurs dans les sas de départ qui aurait posé un problème.

Dimanche soir, il s’agissait finalement de la seule compétition majeure touchée avec le semi de Cannes : les matchs de football ou de rugby, disputés dans un stade ouvert, n’ont pas été impactés. Samedi, la rencontre de Top 14 entre le Racing 92 et La Rochelle dans la Paris La Défense Arena, une enceinte fermée, a bien eu lieu devant plus de 17.000 spectateurs. «Nous avons été prévenus, neuf minutes avant le début du match, c’était très court, (…) l’évacuation du match (…) aurait posé trop de problèmes,» a expliqué Bernard Dusfour, président de la Commission Médicale de la Ligue Nationale de rugby à Midi Olympique.

Le cas est différent pour le match de football Paris Saint-Germain face à Dijon, disputé également samedi à Paris, mais dans un stade ouvert, le Parc des Princes. Le club a toutefois pris des précautions : pas d’enfant pour escorter les joueurs, pas de poignée de mains et pas de zone mixte d’après match avec les journalistes. Pas facile de comprendre pourquoi une course de 40.000 personnes est potentiellement plus dangereuse qu’un match rassemblant 47.542 spectateurs. «Pour éviter la propagation du virus nous avons intérêt à éviter la réunion de populations qui viennent de partout dans le monde et qui se brassent à un moment donné, a déclaré Edouard Philippe, Premier ministre, samedi dans le journal de 20 heures de TF1. Le semi-marathon fait venir des gens du monde entier.»

PSG vs Semi de Paris

Dans les faits 20% des coureurs du semi marathon sont étrangers et parmi les Français, 86% sont franciliens. De son côté, le Paris Saint-Germain, dans son dernier rapport moral, se vante d’attirer… 20% de spectateurs étrangers également ! Il y aurait peut-être une explication économique : sur la base d’un prix moyen de la place à 93,3 euros, selon du dernier rapport de l’UEFA, un match du Paris Saint-Germain (47.239 spectateurs en moyenne) rapporterait donc 4,4 millions d’euros dans les caisses du club parisien.

Mardi 3 mars, une réunion extraordinaire au Ministère des Sports doit aborder le sujet et la suite à donner aux événements sportifs en France selon le degré de propagation du virus dans l’Hexagone. Une perspective que la Ligue de football professionnel aurait déjà étudiée. Trois solutions seraient même possibles en cas de “cluster épidémiologique” dans une région : report du match à une date ultérieure, report dans une autre région ou match disputé à huis clos. La première solution serait difficile à tenir tant le calendrier est serré en fin de saison. La deuxième se confronte au risque de faire voyager des milliers de supporteurs, et donc d’augmenter les risques d’infection. La troisième voie est peut-être la moins risquée : selon le dernier rapport de la DNCG, les recettes billetterie des clubs de Ligue 1 ne représentent que 11,2% des ressources commerciales totales. Vive la télé-dépendance.

Si le rugby est dans le même cas de figure que le football, en revanche, pour le basket-ball, le handball et le volley-ball, qui évoluent dans des enceintes fermées, la solution pourrait être différente : restreindre simplement le public et limiter à 4.999 le nombre de spectateurs maximum afin de ne pas être sous le coup d’une interdiction. C’est ce qu’ont fait Le Mans Basket ou Ivry handball. En revanche, le SIG Strasbourg (basket) qui avait déjà écoulé 5.600 places pour son match face au Portel a été contraint de reporter la rencontre. C’est également le cas pour Villeurbanne / Monaco (basket) qui dont la salle affichait complet avec 5.500 places vendues. En tennis, le nouveau tournoi féminin indoor de Lyon, l’Open 6e Sens, devrait se dérouler normalement cette semaine dans un Palais des Sports de Gerland où la jauge est de 3.500 places !

Dimanche 8 mars, si les conditions ne changent pas, le départ du Paris-Nice cycliste, à Plaisir (Yvelines), en extérieur, devrait se dérouler comme convenu. A l’heure actuelle, le seul souci serait (peut-être) l’arrivée de la 5e étape en Isère, à la Côte-Saint-André, située à 150 kilomètre d’un “cluster” infecté par le virus. Plus tard, le 12 avril, le départ de Paris-Roubaix devra peut-être déménager son site de départ prévu à Compiègne à proximité de de neuf communes placées en isolement. Enfin, clubs et organisateurs d’événements sportifs en France sont, à cause du coronavirus, confrontés à un autre problème : la sécurité sanitaire des athlètes. Qu’adviendrait-il si une équipe est infectée et donc serait obligée de se mettre en quarantaine, contrainte ainsi de se retirer de la compétition ? Un vrai casse-tête pour l’ensemble du monde sportif.

© SportBusiness.Club Mars 2020