Le sport, objectif 2024 pour Paris

© ASO/A.Vialatte

Le sport est à l’ordre du jour du Conseil de Paris ce lundi 4 février. La capitale accueillera les Jeux olympiques dans moins de six ans et l’objectif de la ville est de mettre d’ici là un maximum de Parisiens au sport. La mairie s’est fixée trois populations prioritaires : les enfants de 3 à 7 ans et leur famille ; les actifs de 25 à 55 ans ; les seniors, pour qui plusieurs activités sont gratuites.

Avant cela, Paris veut augmenter le nombre de sites destinés à la pratique sportive. «Avec 450 gymnases ou structures, la ville est historiquement sous équipée», explique Jean-François Martins, adjoint au Maire chargé des sports. Une enveloppe de 380 millions est prévue entre 2014 et 2021 pour rénover les équipements existants et en construire de nouveaux. «Le développement de la pratique sportive passe obligatoirement par des structures financées par le public et les collectivités, affirme-t-il. Il n’y a aucun modèle économique possible pour le secteur privé

La pause déj sportive

A Paris, comme dans toutes les grandes villes, la problématique principale est de trouver de l’espace libre. Un challenge quasi impossible dans l’hyper centre. Du coup, la mairie trouve d’autres solutions : «Nous identifions des lieux du parc social ou des parkings pouvant être aménagés, indique l’élu parisien. Dans ces espaces moins grands nous privilégions des salles dédiées à une pratique.» C’est le cas, par exemple, pour une salle d’armes, de boxe ou un dojo de judo qui n’ont pas besoin d’un immense gymnase multisports.

La mairie souhaite également ouvrir plus largement les structures existantes qui ferment à 22h30. Certaines pourront prolonger jusqu’à minuit. Les clés seraient alors confiées à un club. «Cette élargissement permettrait de séduire de nouvelles populations comme les actifs», assure Jean-François Martins qui propose également pour ce public “La pause déj sportive” dans des gymnases et salles de sport ouverts à la mi-journée afin d’accueillir les collaborateurs des entreprises avoisinantes. Aux clubs de proposer une offre de cours ou sports collectifs entre midi et deux.

Cours de zumba sur les places

Par ailleurs, la mairie de Paris va rassembler à une seule adresse des clubs dont les équipes sont éparpillées dans plusieurs sites. «Il s’agit de résidentialiser les clubs pour plus de simplification mais aussi pour qu’ils aient un lieu de vie unique, indique l’élu. Le but est aussi de développer le lien social.» Et créer un peu de recettes grâce à la vingtaine de clubs-houses créée à l’occasion. Les clubs pourront aussi profiter de gymnases installés dans des collèges ou lycées rendus disponibles en dehors des horaires scolaires ou durant les vacances.

En parallèle, Paris accélère l’installation d’équipements sportifs grand-public dans les parcs et jardins. Un parcours de running sera créé sur la ceinture verte de Paris et des cours publics gratuits de gym, zumba ou danse seront organisés sur des places et dans des parcs les week-ends à partir du printemps.

«Il faut remettre le sport au milieu du village pour aller chercher 3 millions de pratiquants à l’horizon 2024, affirme Jean-François Martins. Des pratiquants qui pourront intégrer des clubs, car ce dernier joue un rôle social.» Le sport représente environ 4% des investissements de la Ville de Paris, et 1,8% du budget en fonctionnement.

© SportBusiness.Club. Février 2019.


Les Jeux scolaires à Paris

Pour les 7 à 12 ans, la Ville de Paris organisera les Jeux Scolaires cette année. Cette compétition inter-établissements scolaires se place clairement dans la perspective des jeux olympiques de 2024.

2 Rétroliens / Pings

  1. Cette semaine 5, Olbia a appris que… | Olbia le blog
  2. OLBIA Conseil Cette semaine 5, Olbia a appris que…

Les commentaires sont fermés.