Le volley français veut porter haut le maillot

Eric Tanguy (Fédération française de volley-ball) Enzo Montrucchio (Errea), Laurent Tillie (FFVB)

Eric Tanguy, le président de la Fédération française de volley-ball (FFVB) a un rêve : «voir une salle entière de supporteurs porter le maillot de l’équipe de France !» Son souhait pourrait s’exaucer grâce au nouveau contrat signé avec Errea. Équipementier des Bleus depuis près de dix ans, la marque italienne prolonge 4 nouvelles années avec la FFVB.

«Nous vendons actuellement entre 2 000 et 3 000 pièces par saison, explique Eric Tanguy. Notre objectif est d’augmenter ces ventes. Nous avons repris le contrôle de la distribution et sommes déjà plus présents avec des boutique lors des événements.»

Leader mondial sur le volley-ball, Errea sera un allié de poids dans les plans du président de la fédération française. La marque transalpine possède un savoir-faire en la matière : elle équipe plus de vingt fédérations nationales dont celle d’Italie : dans la botte, le volley est sport national. «En Italie nos ventes n’ont rien à voir, elles sont beaucoup plus importantes, indique Enzo Montrucchio, directeur commercial d’Errea. Alors qu’en France nous vendons des maillots, là-bas on raisonne par lignes avec des packs complets.»

«Le volley français a des atouts»

Pour autant, Errea estime que la France possède un potentiel. «Oui, nous en sommes certains, ici, le volley-ball n’a pas la place qu’il mérite, estime Enzo Montrucchio. Votre équipe nationale est très forte et vous possédez de grands joueurs qui évoluent dans les meilleures équipes européennes. Le volley-ball français a des atouts et mérite une meilleure considération.»

De quoi faire sourire Eric Tanguy. «Nous sommes conscients que le volley français n’est pas considéré à sa juste valeur, malgré les performances sportives de nos équipes de France, hommes, femmes et jeunes, confirme le président de la FFVB. Nous travaillons beaucoup sur la visibilité et l’exposition de la discipline, sur les réseaux sociaux et le numérique, et dans les médias. Nous sommes fiers de voir les matchs des Bleus sur la Chaîne l’Equipe jusqu’en 2021.»

Toutefois, si l’équipe de France est bien exposée, grâce à ses résultats sportifs, le championnat de France, lui attire moins les télés. Ainsi, la même Chaîne l’Equipe a décidé de ne pas prolonger l’accord de diffusion avec la Ligue nationale de volley. Un choix stratégique. Un nouveau diffuseur national devrait être connu d’ici quelques semaines.

© SportBusiness.Club. Septembre 2018


Un maillot “naturel”

Sur le podium de la conférence de presse, Enzo Montrucchio, directeur commercial d’Errea fait l’article des nouveaux maillots de l’équipe de France de volley-ball. Mais, sur un terrain inhabituel pour ce type de produit. «Nos maillots sont fabriqués sans aucune substances dangereuses, affirme le dirigeant de la marque italienne. Nous faisons des efforts énormes de recherche pour le bénéfice des athlètes. Ce n’est pas forcément le cas des autres équipementiers dont la plupart de respecte pas les règles internationales.»


Services compris

Eric Tanguy, le président de la Fédération française de volley-ball, est ravi de la prolongation de quatre années du contrat avec Errea. Celui-ci a été revu à la hausse. Mais ce n’est pas le seul argument. «Oui, cela est important, mais nous avons reconduit ce contrat parce qu’ils sont aussi très flexibles, rapides et toujours à notre service,» assure-t-il . Des qualités que les géants mondiaux du secteur, qui se détournent de « petits marchés » comme le volley-ball, n’auraient plus.

«Nous nous considérons comme une marque de services, capable de réagir vite car nous fabriquons nos produits nous mêmes, explique Enzo Montrucchio. Cela permet à une fédération ou un club d’avoir des maillots quand ils veulent.» Leader mondial du volley-ball, Errea est présent dans beaucoup d’autres disciplines. En football, Errea se vante d’avoir réussi à fabriquer et fournir dans un délai très court des dizaines de milliers de maillots supplémentaires de l’équipe d’Islande lors de l’Euro 2016 en France, alors que les joueurs de la petite île nordiste accomplissaient un parcours inattendu jusqu’en quart de finale.


Chiffres clés du volley-ball en France

  • Palmarès équipe de France
    • Nations League 2018 : médaille d’argent
    • Ligue mondiale 2017 : médaille d’or
    • Ligue mondiale 2016 : médaille de bronze
    • Championnats d’Europe 2015 : vainqueur
    • Ligue mondiale 2015 : médaille d’or
  • 142 000 licenciés
    • Hommes : 54%
    • Femmes : 46%
    • Moins de 20 ans : 61%
  • 1,8 million de pratiquants
    • 3e sport collectif universitaire
    • 7e sport scolaire
  • 1 377 clubs
  • Réseaux sociaux
    • Facebook : 40 000 fans
    • Twitter : 26 400 abonnés
    • Instagram : 7 500 abonnés
  • Site ffvolley.org
    • 235 000 visiteurs mensuels
    • 2,1 millions de pages vues
    • 18-24 ans : 27,5%
    • 25-34 ans : 33,5%

Source : dossier de presse ffvb septembre 2018.