Leclerc déjà la tête dans le guidon pour 2020

Comme un symbole : c’est par l’avenue du Maréchal Leclerc que le peloton du 106e Tour de France entrera dans Paris dimanche 28 juillet à l’occasion de la dernière étape. C’est le même chemin qu’empruntera la caravane publicitaire des Centres Leclerc : l’enseigne bouclera son premier Tour comme partenaire majeur. Le distributeur a cette année pris la suite de Carrefour comme sponsor du maillot à pois, celui porté par le meilleur grimpeur. «Nous sommes réellement impressionnés, lâche Jean-Michel Benoît, adhérent et membre de la commission communication de Leclerc. Le Tour de France nous ressemble vraiment.»

Une première impression qui conforte donc les dirigeants de l’enseigne d’avoir signé pour 5 ans avec Amaury Sport Organisation. «Nous avons 691 magasins en France, dans toutes les régions, et nous sommes aussi des entreprises locales, poursuit Jean-Michel Benoît. Le Tour nous permet de montrer concrètement à nos clients la proximité que nous avons quotidiennement avec eux.» Fortement visible sur le parcours et lors des retransmissions télé, la marque bénéficie d’un dispositif important dans la caravane publicitaire, avec 9 véhicules décorés par l’agence Idéactif. Dans les cols, plusieurs dizaines de milliers de tee-shirts à pois rouges sont offerts aux spectateurs, grâce à l’agence Spoutnik.

Producteurs locaux et bio en avant

Pour son premier Tour, Leclerc a mis l’accent sur sa marque “Nos Régions ont du Talent” dont plus de 1,2 million de mini-sachets de biscuits salés ou sablés sont distribués au public. «Nous mettons aussi en avant les producteurs régionaux grâce à nos 11.500 alliances locales, indique Jean-Michel Benoît. Certains sont physiquement là dans les Villages départ pour y proposer leurs produits.» Le Bio, et la marque Bio Village, est l’autre axe de communication de Leclerc sur le Tour. (Ecoutez le podcast de SportBusiness.Club avec Michel-Edouard Leclerc, voir ci-dessous).

Une fois les chars de la caravane publicitaire au garage, commencera le bilan de ce premier Tour de France pour Leclerc. «Nous avons plusieurs baromètres à notre disposition, explique Jean-Michel Benoît. Il y a déjà des études, avec la mesure de la connaissance de ce partenariat et de l’association entre Leclerc et le Tour de France. Nous regarderons aussi les retombées en magasins, notamment avec les opérations spéciales.» Toutes ces données seront analysées à l’automne, afin de mieux préparer la prochaine édition.

«Nous restons humbles, car nous voyons ce partenariat comme un marathon de 5 années : nous allons monter en puissance,» affirme Jean-Michel Benoît qui a quand même déjà une idée derrière la tête. «Nous pourrions être amené à prendre un peu plus la parole autour des mobilités douces et de la pratique du vélo, et pas seulement sportive,» confie le dirigeant. Une bonne association.

© SportBusiness.Club. Juillet 2019



L’interview de Michel-Edouard Leclerc

1 Rétrolien / Ping

  1. OLBIA Conseil Cette semaine 30, Olbia a appris que…

Les commentaires sont fermés.