Les Utims en course vers une reconnaissance

Ils sont partis, Maxi Edmond de Rothschild en tête. Ce mardi 5 novembre à 11h00 a été donné le départ de la Brest Atlantiques, cette nouvelle épreuve à la voile réservée aux Ultims, les multicoques de course les plus grands et les plus rapides du monde. Le départ a été retardé de 48h00 à cause d’une météo capricieuse et de la tempête Amélie. «Avec ce fort coup de vent générant une mer très formée dans le Golfe de Gascogne avec des creux de 8 mètres, il n’était pas raisonnable de lancer les Ultim dans ces conditions», indiquait le directeur de course Jacques Caraës.

Un départ retardé pour des raisons louables de sécurité mais qui intervient dans un contexte général où la classe des Ultims 32/23 ne semble pas faire l’unanimité dans l’univers de la voile de course. Les multicoques n’ont pas été les bienvenus sur la Transat Jacques Vabre qui se dispute au même moment. Il y a eu aussi de la casse lors de Route du Rhum 2018. Sans compter la défection d’Idec Sport et Francis Joyon qui préfère la chasse aux record plutôt que de s’aligner sur la Brest Atlantiques. Du coup, seuls quatre bateaux participent à cette première édition de Brest Atlantiques (voir ci-dessous), un demi-tour du monde sans escale en duo [accompagné d’un reporter média] reliant la capitale bretonne, Rio-de-Janeiro, le Cap et retour à Brest. Un contexte difficile pour cette classe Ultim en construction.

Cette situation n’inquiète pas Emmanuel Bachellerie, directeur général de Brest Ultim Sailing : «Mon état d’esprit aujourd’hui, c’est que je suis préoccupé, mais pas inquiet, indique-t-il à nos confrères de Tip & Shaft. Préoccupé, parce qu’on a forcément envie que les quatre rentrent, mais on sait que c’est un sport mécanique, et qu’il peut y avoir un ou deux pépins, on ne peut pas tout sécuriser. Si on a des pépins techniques très lourds, du type de certains de la dernière Route du Rhum, on se posera la question à ce moment-là.» Les sponsors certainement aussi. A l’inverse, une course sans encombre et des images spectaculaires pourront donner le vrai coup d’envoi de cette classe Ultim à la recherche de sa place auprès du grand public.

© SportBusiness.Club Novembre 2019


Brest Atlantiques 2019 : les engagés

BateauSkippersSecteur
Maxi Edmond de RothschildFranck Cammas
Charles Caudrelier
(Yann Riou)
Finances
Trimaran MacifFrançois Gabart
Gwénolé Gahinet
(Jérémie Eloy)
Assurances
Actual LeaderYves Le Blevec
Alex Pella
(Ronan Gladu)
Intérim
Sodebo Ultim 3Thomas Coville
Jean-Luc Nélias
(Martin Keruzoré)
Alimentation
Source : site Brest Atlantiques. Entre parenthèses : médiaman embarqué