L’excédent de la candidature olympique reversé au sport

Paris 2024

Le Comité de candidature Paris 2024 est désormais dissous, et dans les caisses du GIP restaient 5,1 millions d’euros. Ce boni de liquidation sera réparti entre l’Etat, la Région Ile-de-France et la Ville de Paris. «On reverse une partie des subventions publiques qui n’ont pas été utilisées», précise Tony Estanguet, ancien président de Paris 2024 “candidat”, et nouveau patron de Paris 2024 “organisateur”.

Le mouvement sportif français, les comités olympiques et paralympiques, souhaitaient bénéficier au moins d’une partie de cette manne financière. Au final, il en profiteront pleinement, mais indirectement. En effet, chacune des trois parties publiques a fait savoir que ce budget sera intégralement utilisé dans le sport. L’Etat reversera sa part intégralement au CNDS (Centre national pour le développement du sport). Paris prévoit de la «consacrer au développement du sport» dans la capitale, indique Jean-François Martins, adjoint au Maire.

«Ce boni va bénéficier directement au sport, se réjouit Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif (CNOSF). Maintenant, cet excédent démontre aussi une gestion réaliste, prudente et responsable. Que n’aurait-on dit si ce budget avait été déficitaire ?».