La «réussite commerciale» de la Ligue 1 en trompe l’œil ?

Entrée du siège de la Ligue de football professionnel, à Paris.

Les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 ont réalisé «une très bonne performance commerciale», a déclaré Jean-Marc Mickeler, le président de la DNCG (1) lors de la présentation du « Rapport financier du football professionnel français«  pour la saison 2016/2017, vendredi 13 avril à la Ligue de football professionnel (LFP). Hors mutations, le montant des recettes cumulées des clubs pros a atteint 1,863 milliard d’euros, en progression de 10% par rapport à la saison précédente.

Didier Quillot, directeur général exécutif de la LFP

«Ce résultat est le premier effet de l’arrivée de grands sponsors, a affirmé Didier Quillot, directeur général exécutif de la LFP. Nos clubs diversifient leurs sources de revenus». Certes, mais dans le détail, la “très bonne performance commerciale” des clubs de Ligue 1 et Ligue 2 est surtout tirée par la progression des droits audiovisuels : +23% à 935,1 millions d’euros. En une saison, la “télé-dépendance” des clubs pros français s’est accrue de 5 points. Pour 2016/17, les droits audiovisuels représentent 50,2% de leurs recettes “commerciales”, hors mutation (44% pour les seuls clubs de Ligue 1, contre 38,8% en 2015/16).

A côté, selon les données de la DNCG, les ressources liées au sponsoring se sont élevées à 389,8 millions d’euros et ne sont en hausse “que” de 5%. En additionnant ce poste à celui du merchandising, inclus dans “autres produits” (rassemblant aussi les subventions des collectivités), la progression… se traduit par une baisse de 3% par rapport à la saison précédente. En Ligue 1, la moitié des ressources commerciales de marketing (hors droits TV) est réalisée par un seul club : le Paris Saint-Germain.

Prix du billet : +11%. Affluence : -2%

Jean-Marc Mickeler (DNCG) et Didier Quillot (LFP)

Parallèlement, les recettes billetterie des clubs pros français ont augmenté, de 13% à 205,9 millions d’euros. «C’est en raison d’un effet prix, car l’affluence globale a baissé de 2% en Ligue 1», reconnaît Jean-Marc Mickeler, de la DNCG. En effet, si les spectateurs ont été pour la saison 2016/18 un peu moins nombreux dans les stades (20.036 en moyenne par match), ils ont aussi payé leur billet un peu plus cher : 21,71 euros contre 19,52 euros la saison précédente, soit une augmentation de 11% en une saison ! Le constat est identique pour le tarif des abonnements qui, eux, ont pris 19%. C’est peut-être une raison expliquant la chute du nombre d’abonnés : -7%.

«La billetterie est un indicateur important, car c’est un poste pérenne de recettes pour la suite et le potentiel est important pour nos clubs», a assuré Didier Quillot. En cumul, trois clubs réalisent la moitié des recettes matchs du total de la Ligue 1 : l’Olympique Lyonnais, grâce au Groupama Stadium (20,3%), le Paris Saint-Germain (20,1%) et l’Olympique de Marseille (9,3%).

Avec les charges liées à la masse salariale et aux opérations de mutation (2,197 milliards d’euros, en hausse de 6%), le rapport de la DNCG met en exergue un résultat net cumulé négatif de 101,3 millions d’euros, alors qu’il avait été positif de 3 millions d’euros la saison précédente. «C’est un chiffre en trompe l’oeil car les clubs professionnels français sont dans une dynamique vertueuse, avec une masse salariale maîtrisée, une volonté à réinvestir dans leur capital joueur et un renfort des fonds propres permettant de couvrir l’aléa du risque financier», affirme Didier Quillot de la LFP, qui espère aussi sans doute, un meilleur potentiel marketing des clubs français dans un proche avenir.

(1) Direction nationale du contrôle de gestion, commission indépendante de la Ligue de football professionnel.


Ligue 1/Ligue 2 : Produits hors mutation 2016/2017

Année / en M€Droits TVPartenariatsBilletterieMerchandisingTOTAL
2016/17935,1389,8205,9332,41.863,2
Progression vs 2015/16+22,9%+4,9%+12,8%-11,2%+10,3%
Part des recettes 2016/1750,2%20,9%11,1%17,8%
2015/167623721833741.691
2014/157333481813571.619
2013/144101664187131.707
Evolution du total des recettes hors mutations des clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 pour la saison 2016/2017. Source : Ligue de de football professionnel. Rapport financier du football professionnel français, DNCG

Ligue 1 : Produits hors mutation 2016/2017

Année / en M€Droits TVPartenariatsBilletterieMerchandisingTOTAL
2016/17819,1344,8181,7297,71.643,3
Progression vs 2015/16+24,9%+6,2%+10,7%-12,7%+10,6%
Part des recettes 2016/1744,0%18,5%9,7%16%
2015/166563251643411.486
2014/156283071653181.418
2013/146053751443741.498
Evolution du total des recettes hors mutations des clubs de Ligue 1 pour la saison 2016/2017. Source : Ligue de de football professionnel. Rapport financier du football professionnel français, DNCG

Ligue 1 : constitution du résultat net 2016/2017

En M€ProduitsCharges
Résultat net-93
Recettes matchs182
Sponsoring345
Droits TV819
Opérations mutations251
Autres produits298
Coût de l'équipe1.129
Amort. idem. mutations232
Frais généraux403
Autres charges224
Source : Ligue de de football professionnel. Rapport financier du football professionnel français, DNCG 2016/2017

Ligue 1 : comptes des clubs 2016/17

Clubs/ en M€Droits TVPartenariatsBilletterieAutresTotal (1)Résultat net
Paris SG121,9154,242,4184,5503,0-18,8
Olympique Lyonnais (2)98,929,144,026,3198,3+4,9
AS Monaco109,618,38,17,9144,0+0,0
Olympique de Marseille49,730,713,914,4108,8-42,4
AS Saint-Etienne51,510,77,27,877,2+1,6
OGC Nice44,510,25,88,068,5+1,8
Girondins de Bordeaux38,510,58,39,166,4-14,5
Lille OSC35,610,27,12,655,4-40,5
St. Rennais FC32,410,15,03,651,1-1,5
FC Nantes27,68,6,81,143,6+0,5
Montpellier HSC24,76,31,97,840,8+0,2
Toulouse FC23,75,43,74,637,5-4,5
Guingamp24,85,43,82,136,1+1,0
Angers SCO22,75,13,92,333,9+5,0
SM Caen19,55,44,43,132,5-1,4
FC Metz20,35,35,31,732,4+0,5
Dijon FC18,75,32,83,530,3+2,2
AS Nancy Lorraine17,84,93,42,929,0+4,5
FC Lorient18,94,52,32,928,6+5,8
Source : Ligue de de football professionnel. Rapport financier du football professionnel français, DNCG 2016/2017. En millions d'euros. (1) Total produits hors-mutations. (2)Source communiqué financier de l'Olympique Lyonnais : "droits TV et marketing", "partenariats et publicité", "billetterie", "events et produits de la marque".

Ligue 2 : constitution du résultat net 2016/2017

En M€ProduitsCharges
Résultat net-8
Recettes matchs24
Sponsoring45
Droits TV116
Opérations mutations50
Autres produits37
Coût de l'équipe164
Amort. idem. mutations3
Frais généraux110
Autres charges3
Source : Ligue de de football professionnel. Rapport financier du football professionnel français, DNCG 2016/2017