L’OL “Best Case” de Hyundai.

Le partenariat de Hyundai France avec l’Olympique Lyonnais est montré en exemple. Mercredi 5 décembre, le constructeur auto coréen a réuni à Lyon les services marketing de ses filiales anglaise, allemande, italienne et espagnole. Objectif : comment adapter localement les bonnes pratiques de leurs collègues français dans le cadre des activations de l’accord de sponsoring signé avec l’équipe lyonnaise.

La marque auto s’est récemment désengagée de l’UEFA où elle était partenaire de l’Euro. Hyundai reste toutefois sponsor de la Fifa et des coupes du monde, dont le mondial féminin 2019 en France. En complément, le constructeur a décidé d’investir le football de manière plus locale, par territoire. Depuis le début de la saison Hyundai s’est ainsi engagé avec quatre grands clubs européens : Hertha Berlin en Allemagne, Atletico Madrid en Espagne, AS Roma et Italie et Chelsea en Angleterre. Sans compter bien sûr l’OL en France depuis 2012. Cet accord court jusqu’en 2020. Les quatre autres sont d’une durée de trois ans.

«Nous avons cherché en Europe quelles équipes pouvaient travailler en partenariat avec Hyundai, comprendre notre stratégie de marque et avaient envie de s’associer avec un grand groupe international dans l’objectif de développer ensemble du business, explique Rolf Faber, patron du sponsoring chez Hyundai Europe. L’expérience de la France est bonne pour cela

Le savoir-faire français cité en référence.

Les quatre clubs ont été choisis sur différents critères, comme le nombre de fans, l’affluence dans les stades, les retombées médias et l’ambition commerciale de Hyundai dans la ville de l’équipe. Le logo de la marque est visible soit sur les manches (Berlin, Madrid, Chelsea) ou dans le dos (Rome). «Nous avons saisi les opportunités qui se présentaient, précise Rolf Faber. Nous avons aussi ajouté de l’affichage sur les panneaux lumineux.»

Pour l’heure les quatre filiales se contentent de développer avec leur club des contenus pour les réseaux sociaux et les supports numériques. Mais c’est bien vers l’expérience client et l’engagement avec les fans qu’elles comptent s’engager. Comme en France où le savoir-faire de la filiale française, aidée par Lagardère Sports, fait donc office de modèle.

«Nous travaillons sur la familiarité et la préférence de marque en proposant des expériences émotionnelles, comme notre offre de covoiturage où nos concessionnaires prêtent une voiture 48h à deux couples de supporters pour se rendre au stade voir le match de l’OL,» indique Vincent Bernard, directeur marketing de Hyundai France. Plus de 1.500 personnes ont bénéficié de ce privilège. C’est autant de contacts directs pour la marque. «Et au final cela représente plusieurs dizaines de voitures vendues,» confie le responsable.

Cet exemple pourrait ainsi être décliné et adapté dans les autres pays avec les quatre autres « clubs Hyundai ». «Nous pouvons aussi trouver des synergies entre-nous et proposer, par exemple, des places pour voir l’Atletico de Madrid aux supporters lyonnais, assure Vincent Bernard. Toutes ces actions restent dans le cadre de notre valeur de marque qui est de prendre soin de nos clients.» De petites attentions qui peuvent aussi peut-être consoler les supporters lors d’une défaite de leur équipe. Ce fut le cas mercredi soir pour Lyon face à Caen… devant les représentants de Hyundai Europe.

©️ SportBusiness.Club. Décembre 2018.

A lire aussi dans Le guide Sport Business de la Ligue 1 : « Où est la voiture du sponsor ? » (page 21).

 

1 Rétrolien / Ping

  1. Cette semaine 49, Olbia a appris que… | Olbia le blog

Les commentaires sont fermés.