Volley-ball: Generali part, Maif arrive

La Maif est le nouveau partenaire majeur de la Fédération française de volley-ball (FFVB). La mutuelle a signé un accord de 4 ans, jusqu’en 2022, et succède à Generali dont l’accord est arrivé à échéance fin 2017 après 20 ans de présence. La Maif devient, d’une part, l’assureur de la fédération et, d’autres parts, le sponsor de l’équipe de France féminine et du championnat de France de beach-volley.

Selon mes informations, la FFVB, qui avait lancé un appel d’offres pour ce contrat, a fait le choix de la proposition mieux-disante, celle de la Maif. Le montant n’a pas été dévoilé. Celui de Generali était estimé à 300 000 euros annuels, mais avec un périmètre différent car ce dernier bénéficiait en visibilité d’une présence sur l’avant du maillot de l’équipe de France masculine, une surface plus valorisée.

Un ticket d’entrée raisonnable

Dominique Mahé, président du groupe MAIF

«Le volley-ball correspond bien aux valeurs que nous souhaitons porter, explique Dominique Mahé, président du groupe MAIF. Nous voulons promouvoir le sport pour tous, le développement de la pratique, le soutien aux bénévoles et le sport dans l’éducation. Justement, le volley-ball est très présent dans le milieu scolaire et universitaire. C’est aussi le premier sport collectif que nous investissons». D’autres pourraient donc suivre ?

La MAIF a fait le choix du volley féminin et beach-volley pour des raisons budgétaires «car les tickets d’entrée étaient plus raisonnables», confie Dominique Mahé. Le patron de la mutuelle assure qu’il aura quand même des histoires à raconter grâce à ce partenariat. «Nous allons accompagner la fédération française dans son projet ambitieux autour de l’équipe féminine dans la perspective de Paris 2024, indique-t-il. Quant au beach-volley, il y a beaucoup d’opportunités d’activations notamment pour mettre en place une tournée des plages». L’accord entre la la FFVB et la MAIF débute dès maintenant. Le logo de l’assureur sera d’ailleurs présent ce samedi 10 mars au Stade Pierre de Coubertin à Paris lors des finales de la Coupe de France.

Maillot à vendre 500 000 €

Generali, qui ne quitte pas complètement le volley via sa charte de Sport Responsable, s’efface donc des maillots de l’équipe de France masculine, une surface libre pour un nouveau partenariat. «C’est l’espace commercial majeur du volley français, revendique Arnaud Dagorne, directeur général de la fédération. Nous devons le valoriser au mieux, d’autant que les derniers résultats sportifs sont très bons». Champions d’Europe en 2015, les tricolores ont décroché l’an passé leur deuxième Ligue Mondiale. La France pointe à la 9e place mondiale des nations.

La Fédération française de volley-ball espère donc retrouver vite un nouveau partenaire pour son équipe de France masculine. Elle table sur, au moins, 500 000 euros de recettes annuelles grâce à cet accord. D’autant que les perspectives sportives sont alléchantes : Jeux olympiques de Tokyo en 2020 et, dès l’an prochain, l’Euro que la France co-organisera avec une finale à Paris.

Lire aussi : Maif nouveau partenaire du volley-ball français, dans CB News du 6 mars 2018


Paris 2024 a joué les entremetteurs pour la MAIF

«Le fait d’avoir été partenaire de la candidature de Paris pour les Jeux olympiques de 2024 nous a beaucoup aidé, affirme Dominique Mahé, président du groupe MAIF. Incontestablement, cela a été un formidable accélérateur, notamment grâce à notre présence au Club France durant les Jeux de Rio en 2016. Cette opération nous a permis de donner une image très positive auprès du monde sportif français». C’est justement au Brésil, au pied du Corcovado et la statue du Christ Rédempteur, que le patron de la MAIF a fait connaissance avec Eric Tanguy, le président de la fédération française de volley-ball. «Nous avons ensuite discuté ensemble, raconte Dominique Mahé. Ce type de partenariat est aussi une histoire de rencontres humaines».


La MAIF aime le sport

Le volley-ball vient s’ajouter à la palette déjà très étoffée d’accords signés par la MAIF dans le domaine du sport. Depuis deux ans, il s’agit d’un axe de communication majeur pour l’assureur. Des partenariats ont déjà été noués avec les fédérations françaises d’aviron, de canoë-kayak, d’athlétisme et de gymnastique volontaire. Investie aussi dans la voile, la MAIF est aussi un des partenaires de l’Union nationale du sport scolaire (UNSS) et de la Fédération française du sport universitaire (FFSU). La mutuelle a également signé en 2016 un “pacte de performance” au profit de quatre sportifs de haut niveau : Renelle Lamotte (athlétisme), Hélène Lefebvre et Pierre Houin (aviron) et Alexandre Iddir (judo). Enfin, la Maif était l’un des soutiens de la candidature de Paris pour les Jeux de 2024 et est encore, jusqu’à la fin 2017, l’un des partenaires de l’équipe de France olympique. En attendant, peut-être, un accord avec le Cojo Paris 2024.

2 Rétroliens / Pings

  1. Volley-ball: Generali part, Maif arrive  – Marketing-Sportif.com
  2. Maif nouveau partenaire du basket-ball | SportBusiness.Club

Les commentaires sont fermés.