Maif s’assure l’image du skipper Jean Galfione

Sponsoring

Généralement quand une marque souhaite se lier avec un ambassadeur dans un sport, elle recherche des figures iconiques de la discipline. Maif, pour lancer sa nouvelle offre d’assurance de navigation de plaisance, a choisi un champion olympique de perche ! Jean Galfione, médaillé d’or aux Jeux d’Atlanta en 1996, a tout de même depuis embrassé une carrière de navigateur. L’athlète a participé à la Coupe de l’America 2007, et la Route du Rhum 2014, transat à laquelle il participera une nouvelle fois dans un an.

«Oui, ce n’est pas un skipper pur souche, mais justement c’est ce qui nous a séduit, a indiqué Dominique Mahé, lors d’un point presse au Nautic. Jean est comme nous dans une logique d’apprentissage, il en est même la parfaite représentation. De plus, il possède un fond de valeurs qui nous va bien». Jean Galfione sera donc chargé d’incarner la nouvelle offre d’assurances proposée par Maif sur le secteur du nautisme.

Pas de bateau Maif

La mutuelle vise le million de propriétaires de bateaux et les quatre millions de pratiquants. Au-delà des contrats, Maif entend s’imposer grâce à des services complémentaires proposés, comme l’animation d’une communauté d’entraide entre marins ou voisins de pontons. Toutefois, la mutuelle arrive sur un sport déjà très investi par ses concurrents, notamment Macif, qui compte sur son skipper vedette, François Gabart. D’où la logique d’incarnation décidée par Maif, mais différente des autres.

«C’est pour cette raison aussi que nous n’avons pas voulu investir dans le naming d’une course, d’un stade ou d’un bateau», a expliqué Dominique Mahé. Du coup, ce n’est pas sur un bateau aux couleurs de Maif que Jean Galfione disputera la prochaine Route du Rhum.

La mutuelle préfère poursuivre sa politique d’investissement dans le sport. Maif est déjà partenaire du sport scolaire et universitaire et de plusieurs fédérations sportives : aviron, canoë-kayak, basket-ball, boxe, voile, gym volontaire et athlétisme où Maif est aussi un partenaire actif. Sans compter le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) jusqu’à fin 2018. Après il faudrait passer à l’étape Paris 2024… et être prêt à investir beaucoup plus d’argent. Maif pourrait préférer ses partenariats avec les fédérations sportives.

2 Rétroliens / Pings

  1. Volley-ball: Generali part, Maif arrive | SportBusiness.Club
  2. Maif nouveau partenaire du basket-ball | SportBusiness.Club

Les commentaires sont fermés.