L’application Roland Garros passe du double au simple

Le chantier Roland-Garros est lancé. En attendant le court des Serres d’Auteuil l’an prochain, pour l’édition 2018 (du 27 mai au 10 juin) le stade offrira aux spectateurs un visage déjà différent et une application totalement renouvelée. Celle-ci fusionne les deux anciennes versions : l’une était destinée aux spectateurs du tournoi, l’autre pour les personnes désirant simplement suivre l’événement. Maintenant il n’y en aura qu’une et il suffira de faire glisser un curseur pour changer de version, selon la situation de l’utilisateur.

«Avec cette double entrée, “out” et “in-stadia”, nous offrons plus de facilités aux utilisateurs», explique Florian Le Moigne, responsable digital à la Fédération française de tennis (FFT) organisatrice de Roland-Garros. Le fan de tennis pourra continuer à suivre l’évolution des matchs en temps réel, accéder aux statistiques compilées par Octo, recevoir des alertes lorsque ses joueurs préférés sont sur le court, lire le fil actu de la rédaction web de Roland-Garros (une vingtaine de personnes) ou revoir les moments forts.

«Le spectateur, lui, pourra télécharger son billet et bénéficier de plusieurs services dans le stade, comme la précommande de restauration, précise Florian Le Moigne. Notre objectif est de faire diminuer le stress du spectateur qui passe tout de même entre 8h00 et 8h30 à Roland-Garros». Un agenda, mis à jour en temps réel, permettra aussi d’être alerté en cas d’événement ou d’animation dans le stade, comme une séance de dédicaces par exemple. Enfin, et c’est sans doute l’essentiel, un point météo est affiché en permanence. Les partenaires du tournoi seront également visibles dans les deux parties.

Un réseau de beacons

Avec cette nouvelle application, développée en interne avec l’aide de Netco, l’objectif de la FFT est de se projeter dans le futur et d’adapter les outils numériques et services apportés aux spectateurs dans la perspective du nouveau stade. «Nous saurons que la personne est entrée dès le passage des barrières et nous pourrons lui adresser un message d’accueil, indique Florian Le Moigne. Un réseau d’une vingtaine de “beacons” permettra une localisation et nous pourrons, par exemple, suggérer d’aller à un stand un peu plus loin où il y a moins de monde». Dans le même temps, la FFT emmagasinera des données qui lui permettront dans l’avenir de mieux gérer les flux. La connexion wifi dans tout le stade facilitera aussi cette possibilité.

«C’est un vrai défi pour nous, assure le responsable digital de la FFT. Un défi technologique, bien-sûr, mais aussi pour la mise en forme de l’application. Il fallait garder l’ADN de Roland-Garros, un style épuré avec des images, des vidéos et une ambiance à recréer. Nous serons très attentifs aux commentaires, au temps d’utilisation ou à l’audience». L’an passé, l’application destinée au spectateurs avait été téléchargée 100.000 fois, et la seconde, pour suivre le tournoi, 400.000 fois. Pour l’édition 2018, la FFT vise donc au moins 500.000 téléchargements pour que ce service soit gagnant.


Une v.2 dans quelques jours

La Fédération française de tennis a fait le choix de mettre en ligne une première version de sa nouvelle application plusieurs semaines avant le début du tournoi. Celle-ci a déjà été téléchargée plus de 20.000 fois. Une version 2 sera disponible lundi 7 mai, puis la version la plus aboutie apparaîtra quelques jours avant les premiers échanges de balles sur les courts parisien de la Porte d’Auteuil. Le tournoi début le 27 mai.