Roland-Garros donne rendez-vous

Tennis

Place de la Concorde, à Paris, la grande roue s’est effacée devant une grosse boule jaune : celle symbolisant une balle de tennis de Roland-Garros. L’opération événementielle organisée par la Fédération française de tennis
est baptisée Rendez-Vous. Elle est itinérante et se tient en amont du tournoi. Finie donc la Tour Eiffel et son court éphémère. Finis aussi les Villages et fan-zones déployés dans quelques capitales étrangères.

Ouvert au grand-public, le lieu est composé de quatre structures transportables : un studio photo permettant au visiteur de s’immerger virtuellement au centre du nouveau court Simonne-Mathieu de la Porte d’Auteuil, un Smash-Corner, afin de tester sa vitesse de balle lors d’une service, un espace consacré au jeu-vidéo équipé de bornes et du jeu Tennis World Tour, et, enfin, une boutique. Une exposition de raquettes et d’affiches complète l’installation conçue et gérée par l’agence Manifestory.

En parallèle, la FFT a lancé un calendrier de l’Avent numérique afin de faire patienter les passionnés avant le début du tournoi parisien qui commence lundi 20 mai avec les qualifications. «Pour nous, il a déjà débuté depuis longtemps, commente Bernard Giudicelli, président de la fédération française. Le nouveau court central [reconstruit] est monumental, et pour les spectateurs il s’agira de l’enceinte qui offrira la meilleure visibilité au monde

© SportBusiness.Club. Mai 2019


Les Rendez-Vous de Roland-garros

  • 3 au 5 mai : Paris, Place de la Concorde
  • 8 mai: Nice, Nice Lawn Tennis Club
  • 12 mai : Montpellier, Tennis Club Montpellier la Jalade
  • 18 mai : Lyon; tournoi Open Parc Auvergne-Rhône-Alpes Lyon ATP
  • 19 mai : Strasbourg, tournoi Internationaux de Strasbourg WTA

Anecdote : une installation événementielle

Pas simple d’installer une opération événementielle un 1er mai et en pleine journée de manifestations. Les collaborateurs de l’agence Manifestory, en charge du village Rendez-Vous à Roland-Garros, ont passé une nuit blanche pour éviter, mercredi 1er mai, les barrages de police interdisant toute circulation, véhicules et piétons, dans différents lieux parisiens, dont la place de la Concorde. Il a fallu composer : les camions ont ainsi déposé tout le matériel à 2 heures du matin et les structures ont été montées mercredi 1er mai sur une place parisienne entièrement déserte où le chant des oiseaux du jardin des Tuileries avait remplacé celui des moteurs de voitures.