Surf et sports de plages au menu du CIO

De passage en Suisse à Lausanne, au siège du Comité international olympique (CIO), Tony Estanguet, président du Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (COJO) de Paris 2024, a fait son point régulier devant les membres de la Commission exécutive. Il a notamment été question de surf, proposé comme sport additionnel en 2024 (avec l’escalade, le skateboard et le breaking), et plus particulièrement du site qui pourrait accueillir les compétitions de cette discipline. Un rapport indiquerait que Tahiti, en course avec Biarritz, La Torche, Lacanau et Hossegor-Capbreton, serait une solution intéressante.

«Sur la question du surf, on est revenu sur la méthode : le fait qu’on a ouvert un appel à candidature (…), a expliqué Tony Estanguet à L’Equipe. On leur a précisé que nous avions encore une séance lors de notre conseil d’administration du 12 décembre. Qu’il fallait que Paris 2024 continue d’avancer sur sa propre position avant qu’elle puisse être éventuellement validée par le CIO.» Le patron du COJO insiste sur le fait que ce rendez-vous de mi-décembre sera une étape mais qu’aucune décision ne sera prise : «On reste sur décembre 2020 pour être prêt, poursuit Tony Estanguet sur le site de quotidien sportif. On n’est pas pressé

Les sports de sables en force à Dakar 2022

Par ailleurs, la Commission exécutive du CIO a validé le programme officiel des Jeux olympiques de la jeunesse 2022 à Dakar (JOJ). L’événement continue d’être un terrain d’expérimentation pour le mouvement olympique. Le CIO se félicite ainsi de voir que cette édition au Sénégal accueillera autant d’hommes que de femmes et que cette mixité parfaite sera visible dans chacune des disciplines. La capacité d’accueil du Village olympique de ces JOJ est également passée 4 000 à 2 650 athlètes grâce l’introduction d’un système en deux vagues. Une solution qui pourrait certainement être appliquée lors des Jeux olympiques ou autres événements.

Concernant les sports présents, Dakar 2022 proposera les quatre disciplines additionnelles probables pour Paris 2024 et, comme lors de la précédente édition à Buenos Aires en 2018, des variantes plus modernes ou “fun” de sports traditionnels : foot 5, basket 3×3, beach-volley, beach-handball et beach-lutte. Le chasse au Millennials reste d’actualité. Enfin, les épreuves de canoë et d’aviron se disputeront… dans l’océan. «Chaque Fédération Internationale a proposé pour les JOJ de Dakar 2022 des formats de compétition qui représentent un cheminement logique dans la carrière des jeunes athlètes pour les conduire jusqu’à la scène olympique,» indique le CIO.

© SportBusiness.Club Décembre 2019


Le marathon de Tokyo délocalisé à 1.000 kilomètres

La commission exécutive du Comité international olympique (CIO) a validé le nouveau site pour les épreuves de marche et de marathon des Jeux de Tokyo 2020 : ce sera à Sapporo, à plus d’un millier de kilomètre au nord de la capitale japonaise. Cette solution devrait permettre aux athlètes de disposer de conditions météorologiques plus agréables alors que beaucoup redoutent une canicule l’été prochain à Tokyo. Pour autant, les heures de départ des courses restent très matinales : 5h30 pour le 50 km marche (22h30 en France), 7h00 pour les marathons (minuit en France).