Panini premier sélectionneur national

Pour les dirigeants de Panini France, c’est le jour des résultats du Bac. Ce jeudi 2 mai, dans le JT de 20h00 de TF1, Corinne Diacre, sélectionneuse de l’équipe de France féminine de football, dévoile les noms des 23 joueuses tricolores retenues pour la Coupe du monde qui débute en France le 7 juin. L’éditeur, lui, a déjà fait sa liste : 17 noms, ceux des footballeuses que Panini a déjà retenu dans son album de vignettes sorti début avril. «C’est toujours ainsi, explique Alain Guerrini, Président de Panini France. Nous devons boucler notre album en février, et donc faire des choix sur les éventuels et probables sélectionnées.» Le pari sera-t-il le bon ?

C’est la troisième fois que Panini publie un album consacré à la Coupe du monde féminine de football. Pour l’édition 2019, l’éditeur italien a décidé de mettre les moyens : le collecteur des fameuses vignettes (480 au total) est distribué dans une cinquantaine pays, contre vingt auparavant. «Nous ne savons pas si cet album rencontrera le succès, mais nous avions une conviction, affirme Alain Guerrini. Nous sommes à l’écoute de notre environnement, et le football féminin comme l’e-sport sont des phénomènes intéressants.» Un million de vignettes sont disponibles en France. Mais si ça marche bien, Panini peut rapidement en mettre d’autres en circulation. Lors de la Coupe du monde masculine, 40 millions de vignettes avaient été écoulées.

Pour réaliser cette album, Panini a dû acheter les droits à la FIFA. Les montants de type d’accord seraient en forte augmentation. Ils représenteraient 30% des coûts totaux d’un album pour l’éditeur. En contrepartie, ce dernier peut utiliser les images et droits liés au mondial féminin, comme la charte visuelle ou la reproduction des logos, du trophée et de la mascotte. Cet accord donne également accès aux images des 24 équipes nationales qualifiées et des joueuses. En revanche, il faut deviner qui sera sélectionnée : c’est le rôle de chaque filiale nationale de Panini devenu au fil des compétitions internationales, le premier sélectionneur, non-officiel.

© SportBusiness.Club. Mai 2019


Certaines vignettes sont-elles rares ?

Panini l’assure : il n’existe aucune stratégie de gestion volontaire de certaines vignettes. «Elles sont toutes imprimées sur une seule planche, puis mélangées par ordinateur et un algorithme permet de ne pas glisser deux images identiques dans la même pochette, indique Alain Guerrini, Président de Panini France. Si des vignettes semblent rares c’est surtout parce qu’elles sont gardées par les collectionneurs car il peut s’agir d’une star.» Les contrôles réalisés par la répression des fraudes n’ont jamais donné lieu à d’éventuelles remarques. «Avoir des doubles fait partie du principe d’un jeu jeu d’échanges», poursuit le dirigeant qui recommande d’acheter directement à Panini les vignettes manquantes dès que le taux de remplissage d’un album atteint 90%. Un peu plus d’un tiers des albums seraient et, selon l’éditeur italien, le coût total en achat de vignettes pour une collection complète est estimé à une centaine d’euros.