Paris 2024 : BPCE évangélise les PME en région

«On m’avait dit que vous seriez nombreux, et c’est vrai, d’ici c’est impressionnant.» Sur la scène d’une salle du Palais des expositions de Bordeaux, Marie Barsacq, directrice impact et héritage chez Paris 2024, fait face à 400 représentants du monde économique de Nouvelle Aquitaine. La responsable du Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques est là pour “vendre” les Jeux aux entreprises de la région, et plus particulièrement aux TPE et PME. Une présentation réalisée dans le cadre d’un tour de France initié par BPCE, partenaire premium des Jeux et auquel participe aussi la Solidéo.

«L’un des enjeux de Paris 2024 est d’identifier les entreprises qui peuvent bénéficier des Jeux mais aussi y contribuer, explique Tony Estanguet, président de Paris 2024. Nous sommes également ici pour casser une croyance : non, les Jeux olympiques ne sont pas réservés aux multinationales.» Le COJO souhaite impliquer le maximum de petites entreprises. Les J.O. à Paris auront besoin de 8.000 fournisseurs actifs d’ici 2024 et la totalité des marchés mis en appel d’offres représentera 2,5 milliards d’euros. Pour aider ces TPE et PME, Paris 2024 a mis en place différents outils, notamment à destination des entreprises de l’économie sociale et solidaire : la plateforme Entreprises 2024, avec 7.000 entreprises, et celle consacrée à l’ESS, un millier de plus. Mais avant cela, il faut convaincre.

Un bordelais au Village olympique

Ce discours, BPCE entend le porter le plus possible en province. Nantes et Marseille ont déjà été visités. Après Bordeaux suivront 15 autres villes. D’ici fin 2020 entre 3.000 et 4.000 entreprises seront touchées. «Aujourd’hui, dans les territoires, la plupart des TPE et PME ne se représentent pas ce que les Jeux olympiques vont leur apporter, assure Christine Fabresse, directrice générale en charge de la banque de proximité et assurance. Il faut leur expliquer l’intérêt qu’elles vont avoir sur leur business.» En amont de ces réunions d’information, rythmées par des témoignages et des ateliers de cas pratiques, une démarche d’évangélisation reste nécessaire, notamment de la part des équipes de BPCE.

«Souvent, ce sont les collaborateurs qui poussent la direction de leur entreprise à aller vers les Jeux car c’est très mobilisateur», affirme Dominique Carlac’h, vice-présidente et porte-parole du Medef. A Bordeaux, les dirigeants de BPCE insistent sur le fait que Paris 2024 n’est pas réservé aux entreprises de Paris et avancent la preuve concrète : les futurs athlètes des Jeux olympiques franciliens dormiront dans un Village en partie réalisé par une société installée à Pessac, en Gironde, Pichet. «Les règles du jeu [des appels d’offres publics] sont les mêmes pour toutes les entreprises,» rappelle Tony Estanguet. Qu’elles soient à Paris ou en région.

© SportBusiness.Club Janvier 2020